Apple met fin aux litiges chiliens sur les performances des iPhones

Des utilisateurs estiment qu'Apple bride ses iPhones pour forcer à acheter le dernier modèle. ©BELGA

La marque à la pomme réalisera une (menue) transaction pour se débarrasser d'actions au Chili. D'autres actions similaires ont déjà été menées ailleurs dans le monde, tandis qu'une plainte a été déposée en Belgique.

Apple a conclu un accord de 3,4 millions de dollars (2,86 millions d'euros) avec une association de consommateurs chiliens pour régler une action collective pour obsolescence programmée de certains de ses téléphones, une première en Amérique latine, a annoncé mercredi l'avocat des plaignants.

En mars 2020, Apple avait convenu avec les tribunaux américains de payer jusqu'à 500 millions de dollars pour régler un recours collectif similaire, les plaignants accusaient la firme à la pomme d'avoir orchestré des baisses de performance pour inciter les utilisateurs à acheter des modèles plus récents.

25
millions d'euros
Apple a écopé en France d'une amende de 25 millions d'euros au terme d'une enquête qui révèle des "pratiques commerciales trompeuses par omission".

En novembre dernier, Apple avait aussi accepté de payer 113 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites et procédures dans une trentaine d'États américains qui l'accusent d'avoir diminué les performances de vieux modèles d'iPhone pour épargner les batteries.

Action en Belgique

Au Chili, l'entreprise américaine est poursuivie depuis 2018 par quelque 150.000 utilisateurs d'iPhone qui affirmaient avoir "connu des baisses de performances" après avoir effectué en décembre 2017 des mises à jour du système d'exploitation iOS. En décembre 2017, Apple avait présenté des excuses pour avoir délibérément ralenti certains de ses iPhones pour compenser le vieillissement de leur batterie et éviter qu'ils ne s'éteignent de façon intempestive. Le groupe avait néanmoins nié toute tentative d'obsolescence programmée.

En France, le groupe américain a été sanctionné en février pour n'avoir pas prévenu que des mises à jour pouvaient ralentir les vieux smartphones. Il a écopé d'une amende de 25 millions d'euros au terme d'une enquête qui révèle des "pratiques commerciales trompeuses par omission" mais ne retient pas l'accusation d'obsolescence programmée.

En Belgique, l'association de consommateurs Test-Achats a également introduit une action au tribunal de l'entreprise de Bruxelles pour les mêmes motifs. Dénonçant une "pratique commerciale déloyale et agressive", elle demande des indemnités pour les utilisateurs belges.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés