Apple s'engage à protéger les données de ses utilisateurs

©AFP

Avec la nouvelle mise à jour de son navigateur Safari, Apple garantit que la collecte des données de ses utilisateurs sera limitée. Une nouvelle qui est loin de ravir les annonceurs en publicité numérique.

Après qu'Apple ait tenté de lancer sa propre régie publicitaire iAd, sans succès, le tournant vers la protection du consommateur est entamé. C'est même devenu un argument marketing pour la marque. C'est pourquoi avec la nouvelle mise à jour de son navigateur Safari, elle promet que les cookies créés par un site pourront seulement être utilisés par un site tiers pendant 24 heures. Et au bout de 30 jours sans visite, ils se verront tout simplement supprimés. Cela permet à un utilisateur qui ne visite qu’occasionnellement un site de retenir ses identifiants de connexion, tout en limitant l'usage qui en est fait par des sites tiers.

L'annonce a secoué le marché de la publicité en ligne, régi grâce aux cookies. Ce sont ces petits fichiers qui se créent automatiquement sur votre ordinateur à chaque fois que vous visitez un site. Le fichier enregistre les fréquences de visite d'un utilisateur X. Coupler chaque cookie de chaque site par utilisateur, c'est ainsi que se créent les profils digitaux de personnes du monde entier. Et c'est ainsi que les publicités en ligne sont personnalisées. Cela permet entre autres à des entreprises comme Ryanair de gonfler les prix de ses billets pour un utilisateur en particulier, si elle constate que celui-ci guette souvent le même vol, lui affirmant qu'il ne reste que peu de places disponibles. La solution était jusqu'ici de vider le cache de son navigateur, supprimant par la même occasion ces fameux cookies. Et là, surprise, le prix du billet vers Rome tant convoité est de retour à la normale.

Bien que les publicités ne soient pas bloquées par la mise à jour de Safari, c'est la collecte de données qui sera fortement amoindrie. Des représentants d'annonceurs se sont alliés pour écrire une lettre à la firme à la pomme, dénonçant un "sabotage du modèle économique d'internet" et demandant à Apple de "repenser ses plans imposant leur propre vision des cookies qui risque d'impacter l'écosystème numérique". Apple y a répondu par un communiqué dans lequel il affirme rester sur sa position et compte mettre au premier plan la vie privée de ses utilisateurs.

La mise à jour sortira officiellement le 19 septembre sur les produits mobiles de la marque et le 25 septembre pour les Mac. Cette politique renforcée de protection des données couplée à ce petit coup de pub pourrait enfin changer la donne dans le marché des navigateurs web. Les chiffres changent selon les entreprises à l'origine des études de marché mais pas les positions. Internet Explorer, leader incontesté du marché mondial depuis ses débuts s'est effondré depuis 2016 au profit de Chrome et de Firefox. Le navigateur de Google trône en première position avec presque 50% de parts de marché. Le navigateur d'Apple peine à se sortir du fond du classement avec ses 5%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés