Publicité

Après Didi, d'autres géants de la tech visés par Pékin

L'autorité chinoise chargée de la cybersécurité a ordonné dimanche le retrait de l'application de services de VTC Didi des plateformes en ligne après avoir constaté "une violation grave de la réglementation en matière de collecte des données des utilisateurs". ©REUTERS

Après avoir ordonné le retrait de l'application Didi (VTC) des boutiques en ligne dimanche, Pékin s'attaque désormais à deux autres sociétés chinoises du numérique cotées aux États-Unis.

Après Didi, le "Uber chinois" tout juste entré à Wall Street, deux autres sociétés chinoises du numérique et cotées aux États-Unis sont visées lundi par une enquête de Pékin, témoignant du durcissement des autorités vis-à-vis des géants de l'internet.

Ces derniers ont connu une croissance fulgurante en quelques années grâce à une législation favorable et à l'absence de véritable concurrent étranger. Et avec leurs applications (messagerie, VTC, paiement en ligne…), ils sont désormais dans la vie quotidienne de la quasi-totalité des Chinois.

Mais cette influence croissante est freinée depuis quelques mois à coup d'enquêtes, de sanctions ou de suspension d'introduction en Bourse. Didi en a d'abord fait les frais dimanche, Pékin ayant ordonné le retrait des boutiques d'applications du géant ultradominant de la réservation de voitures avec chauffeur (VTC). Cette décision fait suite à une enquête pour "violation grave de la réglementation en matière de collecte des données des utilisateurs", bien qu'aucun détail sur la nature des faits n'a été annoncé.

Impact négatif

Si l'application Didi ne peut plus être téléchargée, elle reste pleinement utilisable pour les usagers qui l'avaient déjà sur leur téléphone. Il s'agit toutefois d'un coup d'arrêt pour l'entreprise, juste après avoir levé 4,4 milliards de dollars (3,7 milliards d'euros) la semaine dernière à l'occasion de son introduction à Wall Street. "La compagnie s'attend à ce que le retrait de l'application ait un impact négatif sur ses revenus en Chine", a-t-elle concédé dans un communiqué.

493 millions
d'utilisateurs actifs
L'application de VTC Didi compte 443 millions d'utilisateurs actifs annuels et 15 millions de chauffeurs.

"Le tour de vis dans le secteur de la tech est clair", estime Kevin Kwek, analyste au cabinet américain Bernstein, et la tendance inquiète les investisseurs. À la Bourse de Hong Kong, les grands noms chinois du secteur ont dévissé lundi: des mastodontes du e-commerce Meituan (-5,6%) et Alibaba (près de -3%) jusqu'au géant de l'internet Tencent (-3,6%), qui détient par ailleurs une participation dans Didi.

Fondé en 2012 par Cheng Wei, ex-cadre du géant chinois du commerce en ligne Alibaba, Didi est disponible dans 15 pays, dont la Russie et l'Australie. Elle domine le marché chinois des VTC depuis qu'elle a chassé son rival américain Uber en 2016 après une guerre des prix impitoyable. L'application revendique 493 millions d'utilisateurs actifs annuels et 15 millions de chauffeurs.

Rumeur

Dans un contexte de rivalité Pékin-Washington en matière technologique, une rumeur avait accusé ce week-end Didi d'avoir partagé des données chinoises avec les États-Unis. "Absolument impossible", a réagi sur les réseaux sociaux un haut responsable de l'entreprise. En 2020, les régulateurs avaient empêché au dernier moment une gigantesque introduction en bourse à 34 milliards de dollars d'Ant Group. Cette société financière, émanation d'Alibaba, possède le système chinois ultradominant de paiement en ligne Alipay.

"Ces actions illustrent le fait que les introductions en Bourse sont dangereuses en Chine, car elles attirent l'attention des régulateurs sur une entreprise prospère."
Martin Chorzempa
Cabinet américain Peterson Institute for International Economics

Une enquête anti-monopole avait suivi contre Alibaba, fondé par le charismatique multimilliardaire Jack Ma, qui n'a quasiment plus été vu en public depuis. Le tour de vis a ensuite touché d'autres grands noms de l'internet.

Des actions "très préjudiciables" quant à "la prévisibilité et à la stabilité des réglementations chinoises", souligne Martin Chorzempa, du cabinet américain Peterson Institute for International Economics. "Elles illustrent également le fait que les introductions en Bourse sont dangereuses en Chine, car elles attirent l'attention des régulateurs sur une entreprise prospère", note-t-il.

Deux nouvelles enquêtes

Depuis ce lundi, deux nouvelles sociétés sont visées par une enquête de l'Administration chinoise du cyberespace (CAC) concernant leur collecte de données personnelles: Full Truck Alliance (qui possède deux applications de transport de fret et de réservation de camions - Yunmanman et Huochebang) et Kanzhun (propriétaire du champion de la recherche d'emploi BOSS Zhipin).

"Le message des régulateurs, c'est: soyez déjà en règle en Chine avant d'aller vous introduire en Bourse à l'étranger", déclare Kendra Schaefer, spécialiste de la tech au cabinet Trivium China. Les deux sociétés visées lundi ne peuvent plus accepter de nouvelles inscriptions durant l'enquête. Celle-ci vise à "prévenir les risques pour la sécurité des données nationales, sauvegarder la sécurité nationale et protéger l'intérêt public", selon la CAC.

À la suite de ces enquêtes, la société-mère de Tik Tok, Bytedance, pourrait continuer à réfléchir avant de se porter sur la place hongkongaise. En novembre, l'agence Bloomberg lui attribuait l'intention de lever 2 milliards de dollars en cotant certaines de ses activités.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés