Avec le Demetra, Barco veut votre peau

Le Demetra de Barco peut facilement envoyer des photos sans fil vers le "cloud". ©Barco

Barco va lancer, cette année, la commercialisation de Demetra, un appareil de dermatoscopie digitale destiné au dépistage des cancers de la peau. Avec quelles retombées financières pour le groupe?

Barco , ce fut sans conteste l’une des sensations boursières de 2019 avec une envolée de 121%. Et manifestement, l’action en a encore sous la semelle, comme on dit. Mardi, le titre a grimpé de 2,64% à 233,50 euros, portant son gain depuis le début de l’année à 6,6%.

La raison de cet engouement? Le groupe spécialisé dans les technologies de la visualisation a annoncé, mardi matin, sa volonté de mettre sur le marché, en 2020, un nouveau produit destiné au monde médical. Baptisé Demetra, il permet de réaliser des dermatoscopies digitales pour la détection des cancers de la peau. L’appareil et son logiciel, qui sera mis à jour tous les trimestres, seront proposés aux dermatologues via un abonnement mensuel.

En Europe, la Belgique et l’Allemagne ont servi de marchés pilotes. Aux États-Unis, Barco a obtenu le feu vert des autorités sanitaires et prévoit un lancement commercial pour le deuxième trimestre.

Sur le moyen terme, nous nous attendons à un effet financier limité pour le Demetra.
Stefaan Genoe
Analyste chez Degroof Petercam

Potentiel limité

Reste à déterminer l’impact que pourra avoir le Demetra sur le compte de résultats de Barco. Un exercice délicat, à ce stade, selon les analystes financiers. "Sur le moyen terme, nous nous attendons à un effet financier limité", estime Stefaan Genoe de Degroof Petercam ("acheter"; 250 euros). "Si, par exemple, 10.000 dermatologues utilisent ce système à travers le monde, cela représenterait des revenus de 15,6 millions d’euros, soit environ 1,5% du chiffre d’affaires total."

L’analyste souligne, par contre, que Barco pourrait être un bénéficiaire indirect du coronavirus qui stimulerait les vidéo-conférences (et donc son système ClickShare Conference) en remplacement des réunions physiques.

"Target" relevé

240
euros
KBC Securities a majoré de 5 euros son objectif de cours sur Barco à 240 euros.

Guy Sips de KBC Securities remarque, pour sa part, que jusqu’à présent le portefeuille de Barco était concentré sur le "hardware", la connectivité des appareils et des solutions pour les flux de travail. "Avec Demetra, Barco ajoute un aspect analytique, en plus de tout cela."

Dans ses calculs de valorisation de l’action, il évalue le potentiel de ce produit à 5 euros par action. Son objectif de cours passe donc de 235 euros à 240 euros. La plus grosse part revient à Clickshare (présentation sans fil à partir d’un portable) avec 110,5 euros par action suivi par le cinéma digital (35,7 euros).

Chez Kepler Cheuvreux ("acheter"; 227,5 euros), on estime aussi que le potentiel des ventes est limité mais avec "des marges très attractives".

Barco publiera ses résultats le 13 février, rappelle le broker qui dit s’attendre à des chiffres et des prévisions solides.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés