Barco, ses atouts et son trésor de guerre

©BELGA

Kepler Cheuvreux a démarré le suivi de Barco avec une recommandation d'achat et un objectif de cours de 125 euros. Zoom sur les points forts de ce groupe de technologie et ses réserves de cash.

Matthias Maenhaut de Kepler Cheuvreux fait désormais partie des analystes largement majoritaires (quatre sur cinq) qui recommandent un achat de l’action Barco . Son objectif de cours de 125 euros est toutefois inférieur à celui avancé par ING (135 euros) ou Degroof Petercam (130 euros), la moyenne étant de 127 euros. KBC est moins enthousiaste et se contente d'un "conserver" et d'un "target" à 115 euros.

L’analyste de Kepler rappelle que le groupe spécialisé dans les technologies de visualisation a lancé un plan stratégique en 2017 correspondant à un changement d’actionnaires et de CEO.

L’ambition était d’axer l’entreprise sur un business plus ciblé, moins cyclique et avec un return plus élevé. Dans les chiffres, cela devait se traduire, sur trois ans, par une croissance annuelle moyenne des ventes organiques de 4% et de 17% pour l’Ebitda. "Les résultats initiaux de ce plan ont été impressionnants," estime l’analyste et "en dépit de son exécution solide, les bénéfices potentiels sont loin d’être actualisés dans la valorisation du moment."


Plusieurs éléments ont séduit Matthias Maenhaut au fil de son analyse détaillée du groupe coté sur Euronext Bruxelles.

-> La nouvelle direction poursuit une politique active de sa gestion des coûts. La première étape fut la relocalisation des activités de production de la Norvège vers la Belgique. Une restructuration a été annoncée récemment. Elle affectera 240 employés soit 7% de l’ensemble du personnel et devrait générer 20 millions d’euros d’économies à partir de 2020.

-> ClickShare, le système de présentation sans fil destiné aux entreprises détient une part de marché de 60% dans ce créneau. "Nous voyons un espace ample pour la croissance des volumes et des bénéfices de ce système jusqu’à 2020 au moins."

-> Fin 2017, Barco a lancé UniSee, un mur d’images LCD qui a été bien accueilli et plusieurs fois récompensé. "Ce produit rempli un trou important dans le portefeuille produits de Barco", estime l’analyste. "Si Barco déploie avec succès ses volumes de production, ce lancement couplé avec des économies de coûts pourrait lui donner l’offre produits dont il a besoin pour stabiliser son business."

-> Enfin, en ce qui concerne les projecteurs pour salles de cinéma, Barco a récemment combiné son infrastructure des ventes et du marketing via une nouvelle co-entreprise avec trois partenaires externes qui apportent leur expertise technologique et financière. Le groupe est donc en bonne position pour accroître sa part de marché des projecteurs pour cinéma.

Pile de cash

Cerise sur le gâteau, Barco affichera une position nette de liquidités d’environ 260 millions d’euros en 2019, soit environ 20% de sa capitalisation boursière.

Pour l’analyste, ce cash devrait être principalement utilisé pour des investissements de croissance mais il ne voit pas une fusion/acquisition à l’agenda dans les six prochains mois. "La probabilité d’une distribution de cet argent est très faible dans le court terme mais inévitable sur un horizon plus éloigné, s’il continue à s’accumuler".


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect