Barco sort du trou d’air et reçoit le soutien de Kepler

Les résultats semestriels de Barco publiés lundi ont été sanctionnés par le marché. ©BELGA

Barco a presque complètement récupéré de sa lourde chute de lundi. Kepler Cheuvreux a réitéré son conseil d'achat sur la valeur.

Rappelez-vous. Lundi matin, Barco a inauguré la saison des résultats semestriels de bien triste manière, son action perdant jusqu’à 15% en début de séance et touchant un plus bas de 18,5 euros.

En cause, principalement, des ventes (-10%) sous les attentes de la société et de celles du consensus des analystes. Ni la croissance des commandes (+17%), ni l’annonce de l’arrivée d’un nouveau tandem à la tête du spécialiste de la technologie de l’image n’ont été à même de contrer cette hémorragie boursière.

Aujourd'hui, la blessure est déjà cicatrisée totalement ou presque. Le titre se traite ce jeudi matin à 21,60 euros (+3%), soit 30 centimes sous son cours de clôture de vendredi.

Target de 25 euros

Ce matin, Barco a reçu le soutien de Kepler Cheuvreux, qui a réitéré son conseil d’achat et a même très légèrement augmenté son objectif de cours, passant de 24,5 euros à 25 euros, le niveau le plus élevé parmi tous les analystes qui suivent la valeur.

"Les marges de l’ebitda ajusté du premier semestre sur le marché final du divertissement ont été bien meilleures que nous l'avions prévu grâce aux économies de coûts".
Matthias Maenhaut
Analyste chez Kepler Cheuvreux

Le broker, dont la note s’intitule "Sur la voie de la reprise", constate, d’après les commandes et les résultats du premier semestre, que la reprise dans les divisions "divertissement" et "santé" est intacte.

Le pôle "entreprise" et son produit-phare Clickshare (système de vidéoconférence) ont besoin de davantage de temps, ce qui n’est pas une surprise dans la mesure où il n’y a pas eu de retour massif sur les lieux de travail, explique Matthias Maenhaut. "Les marges de l’ebitda ajusté du premier semestre sur le marché final du divertissement ont été bien meilleures que nous l'avions prévu grâce aux économies de coûts", avance encore l'analyste.

"Mouvement offensif"

On se souviendra que, pour l’ensemble de l’année, Barco table sur une nette progression des ventes par rapport à 2020, avec une marge d'ebitda en année pleine supérieure à celle du premier semestre

Enfin, concernant le départ surprise du CEO, Jan De Witte, ce dernier s’en est expliqué lors d’un road show à Paris. Le conseil d'administration recherchait un profil technologique fort, afin de s'assurer que Barco fasse les bons choix technologiques qui peuvent sauvegarder sa position concurrentielle pour les 5 à 10 prochaines années, rapporte Kepler. Il a reconnu que ce fut une surprise pour tout le monde, mais il voit ce changement comme un "mouvement offensif complet".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés