portrait

Brian Chesky, d'un simple matelas gonflable à Wall Street

Airbnb a déposé mercredi son dossier à la SEC afin de faire son entrée sur les marchés boursiers. Une nouvelle étape dans l'ascension foudroyante de son CEO Brian Chesky.

Tout a commencé à San Francisco en 2007. Dans la nasse après que leur propriétaire a décidé d'augmenter leur loyer, Brian Chesky et Joe Gebbia, deux jeunes designers, décident d'acheter trois matelas pneumatiques ("air beds" en anglais) après avoir constaté qu'un colloque se tenait non loin de chez eux et que tous les hôtels affichaient complet. Les trois lits d'appoint, avec un petit-déjeuner inclus dans l'offre, sont mis en location et trouvent rapidement preneurs, permettant aux deux comparses de renflouer leurs comptes. De cette sérendipité naîtra "Air bed and breakfast", raccourci quelques mois plus tard en Airbnb.

Lui-même couchsurfer

Au début de l'aventure, Airbnb ne dispose pas de bureaux. C'est donc l'appartement de Brian Chesky qui fait office de QG, contraignant celui-ci à dormir chez des hôtes utilisant sa propre plateforme pendant plusieurs mois...

Né dans l'État de New York, Brian Chesky n'a pas le profil du chef d'entreprise-type. Ses parents sont des travailleurs sociaux et éveillent très tôt sa curiosité pour l'art, ce qui l'influencera dans sa voie de designer. Après des études à la Rhode Island School of Design, il intègre la Sloan school of management du MIT. "J'y suis rentré en 2004 comme un artiste, j'en suis ressorti comme un entrepreneur", expliquera-t-il.

Dossier confidentiel

Airbnb a fait sa demande d'entrée en bourse via un dossier confidentiel, par lequel il n'est pas contraint de diffuser certaines informations financières. Une manœuvre prudente qui doit lui permettre d'éviter certains écueils rencontrés par d'autres phares de la "gig economy" lors de leur IPO, tels Uber et WeWork.

Boîtes de céréales

Les débuts de sa plateforme sont toutefois difficiles. Lancée début 2008, la start-up doit se dépatouiller en pleine crise financière face à des investisseurs pusillanimes. Elle tire son épingle du jeu en vendant des boîtes de céréales à l'effigie de Barack Obama et John McCain, et attire ainsi l'attention de l'incubateur Y Combinator, qui investit 20.000 dollars. Les premiers des 5,4 milliards de dollars qu'Airbnb lèvera au total.

Malgré l'opposition des grandes chaînes hôtelières, qui crient à la concurrence déloyale et des administrations communales des grandes villes où l'entreprise fait grimper les loyers, Airbnb entame un développement fulgurant. L'application s'implante partout sur la planète et propose quelque 7 millions d'hébergements à l'heure actuelle. La licorne devient une "décacorne", valorisée à plus de 30 milliards de dollars.

La fête est finie

Airbnb a annoncé jeudi qu'elle allait interdire l'organisation de toutes fêtes ou événements dans les habitations proposées sur son site et qu'elle allait en limiter la capacité à 16 personnes maximum.

Le spectre de la pandémie

Le moment idéal pour entrer en bourse, estime Brian Chesky, sauf que la pandémie – et ses effets délétères sur le tourisme mondial – tombe comme un cheveu dans la soupe. Vols annulés, frontières fermées, événements reportés: le nombre de réservations s'écroule de 85% en avril et les hôtes sont aux abois. Airbnb emprunte deux milliards de dollars et licencie 1.900 collaborateurs pour garder la tête hors de l'eau. L'entreprise ne vaudrait plus "que" 18 milliards de dollars et son chiffre d'affaires devrait être divisé par plus de deux cette année.

"Nous vivons collectivement la crise la plus pénible de notre vie", a estimé Chesky au moment de sabrer ses effectifs. Il n'en demeure pas moins convaincu qu'Airbnb aura sa place dans "le monde d'après" et récupérera la valeur perdue en raison de la crise via les marchés financiers. Un pari raisonnable à l'heure de la "gig economy" et alors que Wall Street atteint des sommets, portée par Apple et ses 2.000 milliards de capitalisation.

Le profil

1981: Naissance à Niskayuna, dans l'État de New York, au sein d'une famille aux ascendances polonaises, ukrainiennes et italiennes.

2004: Il entre à la Sloan School of Management du MIT où naît sa fibre entrepreneuriale.

2008: Il fonde "Air bed and breakfast" avec Joe Gebbia, avant d'être rejoint par Nathan Blercharcyk.

2011: Airbnb devient une licorne, une start-up valorisée à plus d'un milliard de dollars.

2016: Il signe 'The Giving Pledge", une campagne qui incite les plus grosses fortunes américaines à faire don de la plus grosse partie de leur argent à des œuvres philanthropiques.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés