portrait

Brice Le Blévennec, geek depuis les prémices de la tech

Le CEO d'Emakina Group a confirmé le dépôt par EPAM Systems d'une OPA volontaire sur son entreprise. Juste une étape de plus dans sa carrière qui déborde de projets.

L'enfant quitte le cocon familial. Vingt ans après sa naissance, Emakina Group change de cap. D'ici peu, le groupe d'agences digitales belge de référence passera sous pavillon américain. Côté en bourse, il fait l'objet d'une OPA d'EPAM Sytems.

Le profil

  • 1967 : Naissance à Versailles.
  • 1991: Création d'Ex Machina.
  • 1998: Brice Le Blévennec fonde ContactOffice qui deviendra Mailfence.
  • 2001: Il cofonde Emakina.
  • 2006: Entrée d'Emakina à la Bourse de Bruxelles.
  • 2021: OPA d'EPAM Systems sur Emakina.

Le papa heureux, et sans doute aussi un peu triste de voir son bébé prendre pleinement son envol, se nomme Brice Le Blévennec. Pour faire entrer son portrait dans l'Écho, il a fallu faire des choix, tant l'entrepreneur a eu de multiples aventures dans sa carrière. "Et encore, je n'ai évoqué que le quart de la moitié", sourit le patron. Son aventure professionnelle débute à 23 ans, en parallèle de ses études à la Cambre qu'il abandonnera un an après les avoir débutées. Sans diplôme en poche, Brice Le Blévennec a en revanche un paquet d'idées en tête. Sa carrière commence lorsqu'il intègre Paparazzi, une agence de communication.

L'expérience lui plaît au point de le pousser à se lancer à son propre compte en créant Ex Machina. La boite est spécialisée dans la communication et dans la tech, bien avant que le mot soit à la mode. "On a fait de tout, des montages vidéo, des sites internet, des CD-Roms…", énumère le patron. En parallèle, il se fait un petit nom dans le monde médiatique en créant CyberCafé21, un programme né en 1996 et qui durera dix ans. "Je faisais des émissions radio et de télévision pour la RTBF sur Radio 21 et la Deux", résume le patron. Un bon moyen pour l'entrepreneur de partager sa passion pour la culture geek. "Je suis un véritable fan. Tout chez moi est connecté, même ma porte de garage. Je suis aussi un grand fan de jeux vidéo", sourit-il.

"À l'époque, j'étais persuadé que j'avais de bonnes idées et que je devais tout faire pour les mettre en place."
Brice le Blévennec
Cofondateur et co-CEO d'Emakina

L'agenda n'étant visiblement pas encore assez chargé, Brice Le Blévennec enchaîne également les lancements de projet en tout sens. Certains seront assez avant-gardistes comme Tunz, son idée de faire des paiements par téléphone (via SMS), racheté rapidement par Ogone, ou son entreprise ContactOffice, un système de boite mail accessible via un simple navigateur web. "À l'époque, on était en avance sur Google. On a plus de 350.000 utilisateurs", sourit le patron qui a également lancé le site de rencontres Zingle, l'appli WizzChat permettant de commenter des émissions, ou encore Objekten, un magasin en ligne de meubles. La liste est déjà conséquente, mais très loin d'être exhaustive. "À l'époque, j'étais persuadé que j'avais de bonnes idées et que je devais tout faire pour les mettre en place. Mais désormais, je dois avoir assez nourri mon égo et je n'ai plus besoin d'absolument m'éparpiller sur des tas de projets", sourit Brice Le Blévennec.

Entrée en bourse dès 2006

Depuis un bon paquet d'années, la priorité c'est Emakina, son agence digitale. Lancée en 2001, l'entreprise prend rapidement de l'ampleur et entre en bourse dès 2006. "On est entré juste avant l'effondrement du secteur technologique. On est passé par le trou de la serrure", se souvient le patron.

L'IPO permettra de lever 8,5 millions d'euros et ainsi de mettre en place la stratégie du groupe, mêlant croissance organique et acquisition. Aujourd'hui, Emakina compte 27 agences réparties dans 20 pays. Il y a quelques mois, le dernier bilan comptable indiquait 99 millions d'euros de chiffre d'affaires pour un ebitda de plus de 7,78 millions d'euros, en hausse de 32,3%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés