British Telecom acquiert la pépite wallonne IP Trade

©Bloomberg

Le géant britannique de la téléphonie va racheter la pépite wallonne IP Trade pour près de 20 millions. Elle développe des systèmes de téléphonie pour les salles de marché des banques.

Tournant décisif dans l’évolution de la PME wallonne IP Trade SA, spécialisée dans le développement des systèmes de téléphonie pour les salles de marché d’institutions financières. Le géant britannique British Telecom (BT Group) a racheté la totalité du capital.

L’opération devait être dévoilée mardi prochain, mais a déjà été publiée le 1er février par BT Group dans la presse spécialisée. D’après ses dirigeants, l’opération s’inscrit dans la stratégie du groupe de continuer à investir dans la technologie vocale.

"Grâce à l’opération, les clients disposeront de solutions optimisées qui répondent à leurs besoins."

Pour Luiz Alvarez, CEO global services chez BT, l’opération vise aussi à offrir aux clients "les meilleurs choix possibles et la flexibilité à l’échelle mondiale". C’est le savoir-faire technologique d’IP trade qui a donc séduit les dirigeants de BT.

©AP

Le porte-parole de BT Alan Ball précise que l’opération est soumise à certaines conditions, notamment le feu vert des autorités de la concurrence, et que BT espère la finaliser au 1er trimestre.

En tenant compte de la croissance de la pépite wallonne et de ses résultats, le montant de l’opération s’élève à près de 20 millions d’euros. IP Trade a été lancée en 2005 et a été maternée au sein de l’incubateur wallon WSL. La PME wallonne est leader du marché des technologies IP pour salles de marché. Elle a inventé le téléphone à écran tactile doublé d’une synchronisation avec Outlook. Son serveur intègre une reconnaissance vocale, un système de transformation des communications orales en textes écrits ou encore le cryptage des communications enregistrées, pour faciliter le travail des brokers.

Satisfaire les clients

L’an dernier, IP Trade affichait quatre filiales à l’étranger (Francfort, Hong Kong, Londres, New York) et trois bureaux de représentation (Chicago, Dubai, Paris) pour un total de 55 travailleurs. Son chiffre d’affaires s’élève à quelque 5 millions d’euros (2,5 millions en 2009). L’entreprise est à la recherche de moyens financiers pour l’aider dans sa croissance, mais souhaitait aussi s’adosser à un partenaire dont le métier soit complémentaire au sien et qui ait une renommée internationale.

©REUTERS

L’offre de BT Group arrive donc à un bon moment. "Nous attendons de combiner notre technologie et notre agilité avec l’expertise de BT et ses capacités dans le cloud. Grâce à cette combinaison, les clients dans la finance globale et les marchés de commande et de contrôle profiteront de solutions optimisées qui répondent à leurs besoins d’aujourd’hui et dans le futur", a réagi Jean-François Geys, CEO d’IP Trade, dans le communiqué de BT.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés