Bruxelles, Eldorado des start-up technologiques

Pour le ministre de l'Agenda numérique Alexander De Croo, ces chiffres sont encourageants ©Photo News

Les villes belges qui concentrent le plus de start-up technologiques sont, dans l'ordre, Bruxelles, Anvers, Gand, Louvain et Hasselt.

Avec un tiers des start-up de l'industrie technologique, la capitale est la première ville belge dans ce secteur, ressort-il jeudi d'une enquête effectuée par Sirris, le centre collectif de l'industrie technologique. Les provinces d'Anvers et de Flandre orientale accueillent respectivement 16% et 13% des start-up technologiques.

"Sous la dénomination start-up technologique, nous visons les sociétés qui développent et commercialisent leur propre technologie numérique. Il peut s'agir de logiciels ou de matériel informatique, mais pas de 'cleantech' ou de 'biotech'", explique Omar Mohout, qui a effectué l'enquête.

Les 1.115 sociétés sondées par Sirris représentent au total 49.000 emplois. Il s'agit surtout d'entreprises dont la clientèle est, elle aussi, constituée d'entreprises (72%), actives principalement dans le marketing numérique ou la production. 10% des start-up technologiques disposent d'une filiale à l'étranger, surtout aux Etats-Unis. 9% sont des spin-off d'une université. Celle de Gand est, devant la KU Leuven et l'ULB, l'université qui compte le plus de spin-off de ce type.

Les villes belges qui concentrent le plus de start-up technologiques sont, dans l'ordre, Bruxelles, Anvers, Gand, Louvain et Hasselt.

Pour le ministre de l'Agenda numérique Alexander De Croo, ces chiffres sont encourageants. "Les start-up sont clairement en progression. Pourtant, notre pays reste à la traîne si on le compare avec d'autres. Le gouvernement fédéral a l'ambition de combler cet écart", a-t-il dit, faisant référence au plan d'action 'Digital Belgium', présenté lundi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés