Bsit veut préserver l'écosystème des start-ups

Dimitri de Boose, CEO de Bsit, estime que les start-ups et scale-ups devraient bénéficier d'aides spécifiques.

Interview express en visioconférence pour prendre la température auprès de quelques patrons qui nous livrent leur vision de leur business sous confinement. Dimitri de Boose, CEO de Bsit, en profite pour développer de nouvelles applications.

Dans un premier temps, après l’instauration des mesures de confinement qui bloquait ses activités, Bsit s’est recentré sur le personnel soignant et hospitalier afin de leur proposer en priorité des services de garde d’enfants bénévoles. Mais même cette activité a dû être arrêtée pour des raisons évidentes de sécurité et de santé.

Bsit sous confinement

La start-up s’est donc consacrée au développement de nouvelles solutions liées à la parentalité. "Nous devions lancer une nouvelle application le 17 mars dernier", affirme Dimitri de Boose. "Nous avons dû évidemment revoir nos plans." Centrée sur la proposition d’activités à faire avec des enfants tout au long de l’année, l’application Parentalist s’est focalisée sur les activités domestiques. "On ne maque pas de travail et nous n’avons dû mettre personne en chômage technique", note de Boose.

"C’est primordial de préserver l’écosystème des start-ups et surtout des scale-ups."
Dimitri de Boose
CEO de Bsit

Même si les revenus sont évidemment absents durant cette période de confinement, les investisseurs qui accompagnent Bsit depuis l’origine, et encore lors de la dernière levée de fonds l’été dernier, restent fidèles et confiants pour la suite.

Bsit fait partie des signataires de l’appel lancé par les start-ups pour davantage de soutien financier des autorités durant cette période de confinement. "C’est primordial de préserver l’écosystème des start-ups et surtout des scale-ups", affirme de Boose. "Sans quoi on risque de perdre toutes les connaissances accumulées depuis trois ou cinq ans par ces jeunes pousses qui ne passeraient pas la crise." Et de faire remarquer que ces jeunes entreprises bénéficient d’aides spécifiques dans les pays voisins, ce qui constitue une concurrence accrue.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés