Condamné pour pratiques anti-concurrentielles, Qualcomm dévisse en Bourse

©REUTERS

La Justice américaine a condamné Qualcomm pour avoir entravé la concurrence sur le marché des puces modem et abusé de sa position dominante pour réclamer des redevances excessives sur ses licences. Le titre perd plus de 10% à Wall Street.

Qualcomm s'effondre en Bourse ce mercredi après qu'un juge américain l'a accusé d'avoir "étranglé la concurrence" et l'a condamné pour pratiques anti-concurrentielles dans le domaine des microprocesseurs pour téléphones mobiles. Ce jugement donne raison à la Commission fédérale des télécommunications (FTC), qui avait porté plainte en 2017 contre le fabricant américain de composants pour smartphones pour pratiques anti-concurrentielles.

"Les pratiques d'attribution de licences de Qualcomm ont étranglé la concurrence."

"Les pratiques d'attribution de licences de Qualcomm ont étranglé la concurrence" pendant des années dans des segments clé du marché des microprocesseurs pour la téléphonie mobile (modem chips ou puces de connexion), écrit la juge. Qualcomm a "nui à ses rivaux, aux fabricants et aux consommateurs en agissant ainsi". La juge a aussi estimé que ces pratiques risquaient de se poursuivre en raison de la position occupée par Qualcomm dans le développement de puces pour la 5G, l'accès mobile ultra-rapide en cours de déploiement.

Qualcomm a indiqué, dans un communiqué, qu'il allait faire appel de la décision. A 16H30, Qualcomm dévissait de plus de 10% à la Bourse à New York.

La paix avec Apple

Pendant deux ans, Apple a accusé Qualcomm de demander des royalties exorbitantes à cause de sa méthode de calcul notamment. Qualcomm, pour sa part, avait poursuivi Apple, l'accusant de profiter de sa position de force pour faire chuter les prix. A la mi-avril, le spécialiste des puces mobiles et la marque à la pomme avaient enterré la hache de guerre. Un accord mettait fin à toutes les poursuites engagées de part et d'autre. Il prévoit qu'Apple verse une somme - dont le montant n'a pas été dévoilé - à Qualcomm.

Outre ce paiement, les deux entreprises ont signé un accord sur six ans sur les licences à compter d'avril, renouvelable pour deux ans, ainsi qu'un accord "pluriannuel" de fourniture de puces. Là encore, aucune donnée financière n'a été dévoilée. Reste à savoir si le jugement de ce mercredi aura un effet sur l'accord à l'amiable entre les deux entreprises.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect