Des capteurs pour mettre les bureaux au régime

©Dieter Telemans

Dans la nouvelle génération d’immeubles de bureaux, des centaines de capteurs mesurent tout, des mouvements à la température, en passant par l’acoustique. Avec un seul et unique objectif: optimiser l’usage et la gestion du bâtiment.

Depuis mercredi dernier, Microsoft s’est installé dans les tours The PassPort, sur le tarmac de Zaventem. Le géant des logiciels y a prévu 123 postes de travail. Cela peut sembler un peu juste si l’on songe aux 400 personnes que Microsoft emploie dans notre pays. Mais la décision a été bien réfléchie, nous jure-t-on. "Dans notre ancien bâtiment, 145 postes de travail étaient occupés aux moments de pic", explique Valérie Pierre, directrice opérationnelle chez Microsoft Belux. 

"Nous avons constaté que nous avions surtout besoin de petites salles de réunion." Les 43 salles de réunion portent le nombre de postes de travail à près de 300. Des centaines de capteurs mesurent si ces estimations correspondent à la réalité. Le bâtiment est un exemple frappant de la place grandissante prise par la technologie dans le secteur immobilier.

Stupides briques

Dans le nouveau bâtiment de Microsoft, chacun des 123 postes de travail est équipé d’un capteur. Le plafond comprend 181 capteurs supplémentaires. Le parking visiteurs en compte 44. Microsoft est encore en négociation avec la société Interparking pour l’installation de capteurs dans le parking du personnel.

Les capteurs enregistrent six paramètres en permanence: la présence de visiteurs ou de membres du personnel, l’intensité lumineuse, l’acoustique, le taux d’humidité et de CO dans l’air.

Rien n’échappe à leur vigilance. "Ils enregistrent six paramètres en permanence: la présence de visiteurs ou de membres du personnel, l’intensité lumineuse, l’acoustique, le taux d’humidité et de CO dans l’air." Cette collecte de données permet d’adapter au mieux les espaces en fonction des besoins des collaborateurs.

Ces capteurs ont été installés par la société en croissance amstellodamoise bGrid, spécialisée en gestion informatique des immeubles de bureaux. L’immobilier - jusqu’il y a peu réduit au statut de ‘brique stupide’ - était quelque peu à la traîne au niveau technologique. bGrid essaie de changer les choses. 

"Nous installons dans les bâtiments un réseau de carrefours digitaux, avec des capteurs et des systèmes de géolocalisation", explique Wouter Kok, expert en smart building chez bGrid. Le réseau génère un flux de données et d’options qui permet aux développeurs externes d’applications de se mettre au travail. Par conséquent, les collaborateurs de Microsoft disposeront bientôt d’une application qui leur permettra le matin de déterminer dans quelle partie du bâtiment il reste de la place et les aidera à trouver leur chemin.

Thermostats

Les tracasseries classiques liées aux bureaux pourront être éliminées grâce aux capteurs. Kok cite l’exemple des thermostats. "Un collaborateur a froid alors que son voisin a trop chaud." Auparavant, cette situation pouvait provoquer des conflits. Les capteurs apportent une solution. "Il suffit de consulter l’app pour localiser un endroit où la température vous convient." La technologie des capteurs n’est pas uniquement au service des collaborateurs, mais aussi des gestionnaires du bâtiment.

"Si les données indiquent que personne n’arrive jamais avant 10 heures dans un espace donné, pourquoi chauffer la salle à partir de 7h?"
Wouter Kok
Expert en smart building chez bGrid

Microsoft réfléchit à certaines options permettant d’intervenir rapidement si les capteurs indiquent que les espaces ne sont pas utilisés de manière optimale. "Si un capteur identifie que les petites salles de réunion sont densément occupées, nous pourrions les fusionner rapidement", explique Pierre. Kok pense aussi aux économies d’énergie. "Si les données indiquent que personne n’arrive jamais avant 10 heures dans un espace donné, pourquoi chauffer la salle à partir de 7h?"

Les capteurs ne constituent pas la seule technologie mise à contribution pour mesurer les mouvements dans les bâtiments et équiper ou gérer les espaces. Le gestionnaire de réseau Cisco lance son wi-fi dans la bataille. "Nous identifions le nombre d’appareils connectés au réseau ainsi que les lieux de connexion", explique Alexis Malchair, de Cisco. Grâce à des données anonymisées, le gestionnaire du réseau dispose d’un aperçu du taux d’occupation.

À terme, la technologie des capteurs devrait aussi aider les visiteurs. Les capteurs installés dans le parking visiteurs peuvent indiquer au préalable s’il reste des places disponibles et, si nécessaire, rediriger le visiteur concerné vers d’autres parkings. Microsoft expérimente un système de préréservation en ligne, où les premiers enregistrés sont les mieux servis. L’usage de capteurs permettant de réserver la place de parking idéale sera d’une certaine manière "la cerise sur le gâteau", conclut Pierre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content