Des incinérateurs belges construits en Inde

©AFP

Keppel Seghers, installée à Willebroek et spécialisée dans les technologies environnementales, va construire deux usines de valorisation énergétique des déchets en Inde. Le contrat se monte à 12 millions d’euros.

Après des projets en Chine, en Australie, au Moyen-Orient et au Royaume-Uni, Keppel Seghers se concentre désormais sur l’important marché indien des déchets. L’entreprise belgo-singapourienne est spécialisée dans la construction d’usines de traitement des eaux usées et des déchets, et a décroché un contrat pour construire deux installations dans l’état indien du Gujarat, qui brûleront des déchets et récupéreront l’énergie pour produire de l’électricité.

Keppel Seghers fournira la technologie de base et concevra les installations électromécaniques de deux usines, qui seront installées dans les villes d’Ahmedabad et de Rajkot. Les travaux de gros œuvre ont déjà commencé, et les centrales devraient démarrer au milieu de l’an prochain.

Ordures

Chacune d’elle pourra traiter 2.500 mètres cubes de déchets, soit environ 50.000 sacs de déchets ménagers, par jour. Selon les calculs de l’entreprise, cela signifie qu’ensemble, les deux usines de valorisation traiteront l’équivalent du tiers des déchets ménagers produits annuellement en Belgique.

Ensemble, les deux usines traiteront l’équivalent du tiers des déchets ménagers produits annuellement en Belgique.

À Ahmedabad, l’installation traitera un tiers des déchets ménagers de la ville. À Rajkot, elle traitera l’ensemble des déchets produits par la ville et petit à petit, s’attaquera aux déchets accumulés dans la décharge locale.

Keppel Seghers est le successeur du groupe flamand de technologies environnementales Seghers. L’entreprise du fondateur Hendrik Seghers, dont feu Jean-Luc Dehaene était administrateur, a fait faillite en 2002 en raison d’une dette excessive. Le groupe a été racheté par le géant singapourien des infrastructures Keppel. 250 personnes ont alors perdu leur emploi. Aujourd’hui, 100 personnes travaillent pour la société, qui réalise un chiffre d’affaires annuel d’une centaine de millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect