Des sociétés belges attaquées pour transfert illégal de données

L'activiste autrichien Max Schrems réussit à lui seul à faire évoluer la législation internationale sur le respect des données personnelles ©AFP

Un juriste autrichien porte plainte contre 101 entreprises européennes, dont de grandes sociétés belges. Il les accuse de transférer des données personnelles vers les Etats-Unis.

Le juriste autrichien Max Schrems, figure emblématique de la lutte pour la protection des données, cite en justice une centaine d'entreprises européennes, dont les belges bpost, Roularta, Wamos Benelux et IPM, pour le transfert via leurs sites web de données personnelles vers les États-Unis, rapportent nos confrères du Tijd ce jeudi.

Transfert illégal de données

 Le juriste attaque 101 entreprises qu'il accuse de transférer illégalement des données personnelles aux géants américains Google et Facebook.

 Son initiative fait suite à une importante victoire devant la Cour de Justice de l'Union européenne qui a interdit en juillet un mécanisme crucial permettant le transfert de données personnelles entre l'Union européenne et les États-Unis - le "Privacy Shield" - en raison du risque que font peser les programmes de surveillance américains sur la protection de ces données.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés