Disney officiellement à l'assaut de Netflix

©REUTERS

La plateforme de streaming de Disney sera disponible en novembre. Avec l’arrivée prochaine d’Apple et Warner sur le marché, la concurrence est toujours plus forte.

L’arrivée de Disney sur le marché du streaming se précise encore un peu plus. Jeudi, à l’occasion d’une présentation devant des investisseurs, le géant américain en a profité pour en dévoiler davantage sur sa plateforme Disney +. Celle-ci débarquera le 12 novembre, uniquement aux États-Unis dans un premier temps. Le lancement en Europe et en Asie est lui prévu l’année prochaine, avant une ouverture au reste du monde, prévue pour 2021. Le prix de l’abonnement de base est également connu, il sera de 6,99 dollars, soit un montant inférieur à Netflix dont le premier abonnement mensuel s’élève depuis janvier dernier à 8.99 dollars.

1 milliard €
Disney a prévu un milliard de dollars pour la création de contenus destinés à sa nouvelle plateforme.

Pour alimenter sa plateforme, Disney pourra évidemment compter sur sa propre vidéothèque très large. En janvier dernier, l’entreprise annonçait d’ailleurs la fin de son contrat avec Netflix, qui ne pourra donc prochainement plus compter sur les très attirantes productions de l’entreprise de Mickey. La nouvelle plateforme sera organisée en sections, en fonction des marques emblématiques: Marvel, Pixar, National Geographic…

Cinéma et plateforme streaming

Si les plus belles créations continueront toujours à sortir d’abord au cinéma, Disney a également prévu de créer du contenu uniquement dédié à sa plateforme. Une première enveloppe d’un milliard de dollars est prévue pour la création de contenus exclusifs. Beaucoup et peu à la fois. Du côté de Netflix, l’investissement pour le contenu propre se chiffrait à 12 milliards en 2018 et pourrait grimper jusqu’à 15 milliards cette année.

Disney peaufinera également son offre grâce à son rachat récent d’une importante partie des activités de la 21st Century Fox. Les Simpson, l’une des plus célèbres créations du studio de production sera par exemple en exclusivité sur la plateforme. Les dirigeants n’ont toutefois pas encore précisé s’ils en profiteront pour retirer la célèbre famille jaune des chaînes télévisées.

Pas une première pour Disney

En plus de son large contenu, Disney peut également compter sur une certaine expérience dans le streaming. Disney + n’est pas tout à fait une première pour le géant dans le domaine. En 2015, l’entreprise a lancé Disney Life, une plateforme donnant un accès aux contenus pour enfants, dont évidemment les plus grands succès animés mais aussi des chansons et des jeux. "L’utilisateur est principalement intéressé par les films. Bien plus que le reste", avait commenté le CEO et président de Disney, Bob Iger.

La firme a également lancé ESPN +, une plateforme de streaming au contenu sportif. En février, le service comptait déjà plus de deux millions d’abonnés, un an après son lancement. Enfin, le rachat de la Fox a aussi permis à Disney de devenir l’actionnaire majoritaire de Hulu, une autre plateforme presque inconnue en dehors des Etats-Unis. Un acteur sur lequel il faudra néanmoins compter. Hulu souhaite se lancer dans une expansion planétaire dans un futur proche.

Peu à peu, ils sont donc de plus en plus nombreux à courir derrière Netflix et ses 140 millions d’utilisateurs. Du côté des concurrents, Prime Video, l’offre lancée par Amazon, et la prochaine Apple TV ont de grandes ambitions. Pas de quoi refroidir les ardeurs d’autres géants de la production. NBC Universal, détenu par Warner, compte également se lancer dans la bataille. Sa plateforme de streaming devrait, elle, voir le jour l’année prochaine.

Malgré la concurrence toujours plus importante, l’ambition est claire: se rapprocher de Netflix. L’opération prendra toutefois un peu de temps. Disney n’espère d’ailleurs pas dégager des bénéfices de sa plateforme avant l’année fiscale de 2024.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect