Publicité

eFounders misera sur les fintechs

Camille Tyan, le responsable de Logic Founders, espère lancer deux à trois fintechs dès cette année. ©efounders

eFounders va lancer un start-up studio focalisé sur le développement de jeunes pousses dans le secteur des fintechs.

eFounders part à l’assaut des fintechs. La structure bruxelloise, très active dans le monde des start-ups, va prochainement lancer son nouveau projet. Baptisé Logic Founders, il s’agira d’un start-up studio visant à la création de jeunes pousses dans le secteur très prometteur des fintechs. La recette sera la même que celle en place depuis des années au sein d’eFounders. Le studio part à la recherche de la bonne idée et s’entoure ensuite d’une équipe pour la lancer concrètement. "On se calque exactement sur le modèle d’eFounders", assure Camille Tyan, à la tête du nouveau studio. Le nouveau responsable connaît plutôt bien le secteur. Jusqu’en 2019, il était encore à la tête de PayPlug, une fintech qu’il avait créée avant finalement de la revendre à Natixis. Outre sa propre expérience, Camille Tyan pourra également compter sur le soutien de la structure d’eFounders. "Ils disposent d’une équipe d’une vingtaine de personnes qui peuvent intervenir pour toutes les questions possibles quand on lance une entreprise", explique le responsable de Logic Founders.

"Chaque projet nécessitera un budget entre 500.000 et 800.000 euros. L’argent sera amené par eFounders et moi-même."
Camille Tyan
Responsable du Logic Founders

L’ambition est de lancer dès cette année entre deux et trois fintechs. "Nous avons déjà les deux premiers projets. Le premier se concentrera sur la gestion de trésorerie des entreprises. Le deuxième devrait permettre de faciliter les investissements de particuliers dans des sociétés non cotées", détaille Camille Tyan. Toujours suivant le même modèle que sa maison mère, Logic Founders prendra des parts dans les jeunes pousses qui sortiront de ses murs. Le programme d’accompagnement devrait durer entre 12 et 18 mois. "Chaque projet nécessitera un budget entre 500.000 et 800.000 euros. L’argent sera amené par eFounders et moi-même", indique le responsable.

Les besoins spécifiques de la fintech

Cette entrée dans le monde des fintechs n’est pas tout à fait une première pour eFounders. Sur la grosse vingtaine de projets en route, quatre sont déjà actifs dans le secteur, dont certains sont assez prometteurs, comme Swan. Passer par un intermédiaire garde visiblement tout son intérêt. "eFounders dispose actuellement de moyens pour sortir 4 à 6 start-ups par an. La volonté est d’augmenter la cadence en revoyant aussi la manière de fonctionner. Intégrer un studio facilitera les choses. C’est particulièrement pertinent dans ce secteur qui n’est pas celui de prédilection du groupe. La fintech nécessite des compétences spécifiques avec des exigences importantes, notamment au niveau réglementaire", précise le responsable. Dès l’année prochaine, le rythme de croisière pourrait d’ailleurs s’accélérer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés