Ekopak met l'eau à la bouche des investisseurs

Pieter Bourgeois, Président d’Ekopak, Marc Coucke, Président d’Alychlo, Pieter Loose, CEO d’Ekopak, et Vincent Van Dessel, CEO d’Euronext Bruxelles, le 31 mars dernier, lors de l'introduction en bourse d'Ekopak. ©Antonin Weber / Hans Lucas

En trois séances, Ekopak, le spécialiste de l'épuration de l'eau, a grimpé de 37% par rapport à son prix de souscription.

Voilà un succès boursier que l’on n’avait pas vu arriver. Pour deux raisons. D'abord, l’entrée sur Euronext Bruxelles s’est faite par la petite porte. Ekopak n’a pas lancé une souscription publique destinée aux petits porteurs. Elle a préféré s’adresser directement aux investisseurs institutionnels via un placement privé.

Il est vrai que le secteur du traitement de l’eau n’est pas à proprement parler très sexy. Pas de quoi attirer les foules parmi les particuliers, ont-ils du se dire auprès de la société et des institutions financières chargées du placement.

+37%
En trois séances, l’action d'Ekopak s’est envolée de 37% pour atteindre 19,55 euros.

Ensuite, même parmi les institutionnels, ce ne fut pas un réel engouement, et ce, malgré la présence d’une figure comme Marc Coucke au sein de l’actionnariat avec une participation après émission des actions nouvelles de 42,3% via son holding Alychlo. Pour preuve, le prix de l’action a finalement été fixé à 14 euros, soit le bas de la fourchette qui allait jusqu’à 16,75 euros.

Trois jours, trois hausses

Malgré cela, le cours de l’action s’envole depuis la première cotation effectuée le 31 mars. Hausse de 7% le premier et le deuxième jour. Et ce mardi, troisième jour de cotation, le titre bondit de 21% touchant un plus haut de 19,55 euros.

En trois séances, l’action s’est donc envolée de 37%. Tout cela sans explication apparente si ce n’est, sans doute, le nom et la réputation de Marc Coucke. À ce stade aucun analyste n’a encore publié de note sur la valeur.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés