Elon Musk offre 100 millions pour une technologie digne d'un arbre

Le fondateur de Tesla et SpaceX, Elon Musk. ©EPA

Le fondateur excentrique de Tesla et SpaceX offrira un prix de 100 millions de dollars pour la meilleure technologie capable de capturer le dioxyde de carbone.

Le patron de SpaceX et Tesla, entre autres entreprises souvent futuristes, ne cesse décidément de nous étonner. Après avoir proposé la construction d'un tunnel sous Miami - suscitant des moqueries au passage vu le terrain marécageux où la ville est située - voilà qu'Elon Musk fait don d'une partie de sa fortune.

Sera l'heureux bénéficiaire d'un prix de 100 millions de dollars celui qui aura développé une technologie révolutionnaire capable d'aspirer le CO₂ dans l'air, à en croire un tweet de l'homme le plus riche au monde. Une fonction également attribuée aux arbres ordinaires.

On ignore encore les détails de ce prix, Elon Musk ayant préféré laisser un peu de suspense d'ici la semaine prochaine pour en dévoiler davantage.

Le futur de la lutte climatique ?

Si la plaisanterie est facile, la capture des émissions de CO₂ devient toutefois un élément essentiel de nombreux plans visant à maîtriser le changement climatique. Les progrès technologiques en la matière sont cependant encore très minces à ce jour, les efforts se concentrant sur la réduction des émissions plutôt que sur la suppression du CO₂ déjà présent dans l'air. Prévenir plutôt que guérir, même s'il est souvent trop tard.

L'Agence internationale de l'énergie a pourtant récemment déclaré que le déploiement de cette technologie est nécessaire si les pays veulent atteindre leurs objectifs de zéro émission nette de gaz à effet de serre. Seule une vingtaine de projets de la sorte sont actuellement commercialisés dans le monde, alors que la capture de CO₂ pourrait réduire les émissions de près d'un cinquième, tout en diminuant de 70% le coût de la lutte contre la crise climatique.

La technologie a encore un long chemin à parcourir, mais peut-être trouvera-t-elle également un soutien chez le président américain tout fraîchement investi, Joe Biden. Outre le retour des États-Unis dans l'accord de Paris sur le climat, le démocrate s'est engagé à rendre le pays neutre en carbone d'ici 2050. Lui aussi aura une longue route à (dé) faire, après le désintérêt notoire de son prédécesseur pour la cause climatique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés