EVS attend 2021 avec impatience

Serge Van Herck, CEO d'EVS, se réjouit de voir ses clients investir de plus en plus dans des outils de production à distance ©BELGAIMAGE

Le spécialiste liégeois des technologies vidéo reporte ses espoirs sur les grands événements reportés à l’an prochain. Des premières synergies avec Axon se dégagent.

Après avoir déjoué les pronostics pessimistes des analystes à l’issue du premier semestre, EVS reste affecté par la crise du coronavirus qui touche de plein fouet ses clients: fournisseurs de services, chaînes de télévision, organisateurs de grands événements sportifs, musicaux...

"Nous continuons à voir l'impact de la pandémie sur nos clients. Les prestataires de services en direct ayant moins d'événements à produire, ils ont vu leurs revenus et leurs rentrées de liquidité chuter, ce qui a entraîné des besoins de recapitalisation pour certains d'entre eux et des investissements retardés ou annulés", commente le CEO Serge Van Herck, passant en revue les activités du 3e trimestre.

Résultat: le carnet de  commandes s’affiche en recul. Au 31 octobre, il s’élevait à 41 millions d'euros, en baisse de 7% par rapport à la même période l'an dernier.

41
millions d'euros
Au 31 octobre, le carnet de comandes d'EVS s’élevait à 41 millions d'euros, en baisse de 7% par rapport à la même période l'an dernier.

Productions à distance

Néanmoins, le numéro un mondial de la technologie vidéo en direct observe chez ses clients une accélération des productions à distance pour réduire leurs coûts et garantir le respect des directives sanitaires. EVS dit ainsi offrir plusieurs options pour faciliter ces productions à distance et à domicile, ce qui se traduit par la commande de certaines de ses solutions telles que l’outil LSM-VIA.

EVS dit aussi observer les premières synergies avec Axon, spécialiste néerlandais de l'infrastructure de réseaux de diffusion racheté au printemps dernier, tant en chiffre d’affaires (nouveaux contrats…) qu'en coûts (personnel, achat de matières premières…)

Navigation à vue

Pour les mois à venir, EVS reste très prudente. "Cette pandémie ne sera pas terminée de sitôt, elle continuera à avoir un impact sur EVS pendant la première partie de 2021", indique Serge Van Herck. EVS ne donne donc à nouveau aucune indication de chiffre d’affaires pour 2020.

"Cette pandémie ne sera pas terminée de sitôt, elle continuera à avoir un impact sur EVS pendant la première partie de 2021."
Serge Van Herck
CEO d'EVS

En revanche, sur base du périmètre initial d‘EVS, les dépenses opérationnelles devraient nettement baisser par rapport à 2019 (moins de dépenses en voyages, marketing, consultance, bonus…). En  tenant compte de l’intégration d’Axon, elles devraient légèrement augmenter. EVS met aussi en avant une "trésorerie très solide" qui s’élevait fin septembre à 52,5 millions d'euros.

EVS attend donc 2021 avec impatience, lorsque se disputeront les grands événements reportés de 2020 – Euro de football et Jeux olympiques. Ces reports devraient repousser les revenus liés pour EVS de 2020 à 2021. Pour rappel, fin 2019, le carnet de commandes estimait à 12,3 millions d'euros l'impact comptable de ces grands événements en 2020.

+10%
de commandes
EVS a déjà 17,1 millions de commandes à facturer en 2021 et au-delà, soit une hausse de 10 %.

Et si on fait abstraction de ces compétitions, EVS a déjà 17,1 millions d'euros de commandes à facturer en 2021 et au-delà, soit une hausse de 10 % par rapport à la même période l'année dernière.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés