EVS signe un second semestre record

©Frédéric Pauwels / HUMA

Les résultats d'EVS, spécialiste liégeois des productions vidéo en direct, sont globalement en ligne avec les attentes, grâce notamment à de nouveaux produits et une baisse des coûts. Alors que l’intérim de Pierre De Muelenaere comme CEO a été prolongé jusqu’à la fin de l’année, 2019 s’avère plus incertaine, faute notamment de gros événements sportifs.

Après une première partie de l’année décevante, EVS a signé en 2018 son meilleur second semestre depuis cinq ans. Le troisième trimestre avait déjà été bon et le quatrième a vu le chiffre d’affaires atteindre 42,3 millions (en hausse de 6,6% comparé au quatrième trimestre de 2017), soutenu par les livraisons de serveurs XT-Via et une activité commerciale intense, note la société. C’est globalement dans la lignée des attentes même si le chiffre d’affaires est légèrement inférieur.

Sur l’ensemble de l’année, EVS paie son mauvais premier semestre. Résultat: le chiffre d’affaires recule de 2,3% à 116,1 millions juste dans la fourchette prévue de 115 à 130 millions, mais légèrement sous le consensus (117,4 millions). Malgré une masse salariale moins importante (16 personnes en moins) et une réduction de divers coûts (consultance,marketing…), le résultat d’exploitation baisse de près de 20% à 28,1 millions. Par contre le bénéfice net grimpe de plus de 47% à 35,2 millions, grâce surtout aux réductions d’impôts en relation avec le régime de déduction pour revenus d’innovation en Belgique.

"Nous avons été aidés par l’introduction de nos nouveaux produits, et grâce à nos actions commerciales, nous avons gagné des références-clés, dont un contrat de 4 millions d'euros avec Gravity Media Group, une société de production importante", commente le CEO par intérim Pierre De Muelenaere

Perspectives floues

Pour l’année à venir, le carnet de commandes au 15 février 2019 s’élève à 26,7 millions, en baisse de 28,8% comparé à 2018 à la même époque et légèrement inférieur au consensus. Hors grands événements sportifs, c’est un recul de 0,7%par rapport aux 37,5 millions de l’an passé, qui comprenait 10,6 millions de locations pour ces événements. En plus du carnet de commandes à facturer en 2019, EVS a déjà enregistré 5,4 millions de commandes à entrer en 2020 et au-delà.

26,7 millions
de commandes
Au 15 févier, le carnet de commandes d'EVS s'élevait à 26,7 millions d'euros. Hors grands événements sportifs, c'est 0,7% de moins qu'en 2018

Si bien que pour 2019, EVS se veut prudent et évoque un chiffre d’affaires qui devrait se situer entre 100 et 120 millions. "Pour 2019, nous nous attendons à ce que nos activités principales restent sous pression car nous n’attendons pas d’amélioration importante de la dynamique du secteur", commente Pierre De Muelenaere

"Pour 2019, nous nous attendons à ce que nos activités principales restent sous pression car nous n’attendons pas d’amélioration importante de la dynamique du secteur"
Pierre De Muelenaere
CEO par intérim et président du conseil d'administration d'EVS

Dans ce contexte de volatilité et de manque de visibilité, EVS a pris une double décision. D’une part: ne plus communiquer que des trading updates les 1er et 3e trimestres et non plus des résultats complets. D'autre part: garantir un dividende d'un euro jusqu’en 2021, "pour donner plus de clarté aux investisseurs regardant un investissement dans EVS", indique la société.

Nouveaux administrateurs

Suite à l’augmentation de capital de réalisée fin 2018 et l’arrivée de Belfius et AvH dans l’actionnariat à hauteur de 4,9%, le conseil d’administration a nommé Tom Bamelis, CFO d’AvH, comme administrateur indépendant tandis que Dirk Vanderschrik, CEO de Belfius Assurance, sera proposé comme administrateur lors de la prochaine AG.

Enfin, le mandat du CEO par intérim a été prolongé d’un an. Pierre De Muelenaere restera à la barre de la société jusque fin 2019. EVS espère trouver la perle rare dans le courant du 2e semestre afin d’assurer une transition en douceur.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés