Finance&invest.brussels investit 2 millions d'euros pour financer la tech belge

Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels, veut contribuer à palier au manque de financement dont souffrent certaines entreprises tech dans leur phase de démarrage. ©Frédéric Pauwels / HUMA

Finance&invest.brussels investit 2 millions d'euros dans le fonds Volta Ventures II dont le capital dépasse désormais les 40 millions d'euros.

Finance&invest.brussels a décidé d'investir 2 millions d'euros dans le fonds Volta Ventures II qui finance des start-ups technologiques belges.

Volta Ventures est le fonds technologique le plus connu sur la scène "tech" belge. La deuxième version du fonds a été créée fin 2019 et est pilotée par Frank Maene et Sander Vonk. Volta Ventures II est un fonds de capital-risque spécialisé en financement d’amorçage de start-ups technologiques prometteuses. Il a succédé à Volta Ventures I qui a été soutenu notamment par Marc Coucke et Michel Akkermans (également actifs dans la deuxième version).

Le fonds dispose d’un capital de 40,6 millions d'euros auquel s’ajoutent désormais les 2 millions d'euros de finance&invest.brussels. L’invest public régional souhaite pallier le manque de financement au démarrage du projet d’une entreprise technologiquement prometteuse. Le fonds vise une vingtaine de sociétés en portefeuille avec des investissements de 300 000 à 2 millions d'euros.

"Les investisseurs se montrent souvent frileux à financer des projets qui débutent et qui doivent encore prouver la pertinence de leur business model."
Pierre Hermant
CEO de finance&invest.brussels

Financer la phase de démarrage

Le but de ce fonds est de soutenir les start-ups technologiques belges dans leur première phase de vie. Finance&invest.brussel vise surtout les jeunes pousses bruxelloises avec de la création d’emplois à la clé.

"La phase de démarrage est une étape charnière dans la vie d’une entreprise qui travaille déjà depuis plusieurs mois au développement de son produit et doit initier la commercialisation tout en finançant sa croissance. Les investisseurs se montrent souvent frileux à financer des projets qui débutent et qui doivent encore prouver la pertinence de leur business model. De par son expertise et son positionnement, Volta est un partenaire de taille pour remédier à cette situation", explique Pierre Hermant, CEO de finance&invest.brussels.

Via les investissements de son premier fonds, Volta estime avoir participé à la création de 223 emplois depuis son lancement, fin 2014, et jusqu’en septembre 2019. Il s'agit principalement de profils commerciaux et techniques comme des développeurs. Parmi les start-ups émergentes présentes dans le portefeuille de Volta I, citons notamment la proptech Nodalview et la fintech Keyrock à Bruxelles.

S'adapter au nouveau paysage du venture capital

Frank Maene explique, de son côté, la pertinence d’un tel fonds sur le sol belge: "Depuis la création de Volta I en 2014, le paysage du venture capital a beaucoup évolué. Pour arriver en phase de SERIES A, la taille des tours de table est devenue plus grande et, par conséquent, il faut plus de temps aux entreprises pour atteindre cette étape."

Et il poursuit: "Ensuite, l’intérêt international de megafonds mondiaux pour les entreprises technologiques du Benelux est palpable, grâce notamment à la visibilité de success stories tech. Il est donc important de pouvoir compter sur des acteurs pour pouvoir soutenir le développement de toutes jeunes entreprises à fort potentiel."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés