Google s'offre un 3e bâtiment à Mons

Le géant américain Google investit plus de 250 millions sur son site de Baudour. Il se dote au passage d’une installation photovoltaïque de taille et d'un troisième bâtiment.

Alors que la piste d’un data center au G-D de Luxembourg est toujours à mettre au conditionnel, Google décide de réinvestir massivement dans son implantation belge, onze ans après une arrivée remarquée dans le pays.

Le géant américain va réaliser de nouveaux investissements dans son infrastructure de Baudour (Hainaut) et dans une nouvelle installation de panneaux solaires, pour un montant "de 253 millions d’euros". La presse a été conviée ce jeudi, l’occasion pour la firme de communiquer sur ses intentions.

"Quand nous avons officialisé l'ouverture du 2ème bâtiment, nous savions qu'il y avait des perspectives," déclare Alexander De Croo, vice-Premier ministre en charge notamment de l'Agenda numérique.

A quoi seront destinés ces 253 millions? Google annonce un investissement dans une nouvelle installation 100% solaire pour 3 millions d'euros. Le reste sera attribué à la construction d'un troisième bâtiment sur le terrain de 90ha déjà occupé par deux immeubles.

"C’est une bonne nouvelle car Google aurait pu décider à la place de distribuer ses capacités en Europe."
Pierre Leclercq
ancien responsable de l’AWeX en californie

"C’est une bonne nouvelle qui montre que Google est content de la façon dont il est reçu ici", commente Pierre Leclercq, ancien responsable de l’Agence wallonne à l’exportation (AWEX) en Californie qui avait négocié, à l’époque, l’arrivée de l’entreprise qui emploie 350 personnes dans la région, en plus de sous-traitants. Or, "ce n’était pas gagné d’avance".

À la place, "Google aurait pu décider de distribuer ses capacités à travers ses implantations en Europe". Car force est de constater que le groupe a bien grandi sur le Vieux Continent depuis ses débuts. Désormais, il possède et opère des data centers dans trois pays en plus de la Belgique: l’Irlande, les Pays-Bas et la Finlande. Pour l’heure seulement, car d’autres pourraient suivre en 2018. à cet effet, la firme de Mountain View a récemment racheté des terrains en Suède, en Autriche, au Danemark… et au Luxembourg.

Rien d’une surprise

Une piste un temps crédible, mais qui connaîtrait actuellement une situation de gel suite à des différends avec les agriculteurs qui détenaient les terrains, ce qui n’est sûrement pas pour plaire au géant américain.

Le centre de données de Google à Baudour (Mons). ©rv

Bref, cet investissement dans le plat pays est-il une surprise? Non, Thierry Geerts, directeur de Google Belgique, évoquait déjà (début 2016 dans L’Echo) avoir "introduit une demande de permis de bâtir pour un troisième bâtiment sur le site" de Baudour. De plus, "à l’époque de leur arrivée, nous leur avions vendu un grand terrain de près d’une centaine d’hectares", se souvient Pierre Leclercq.

"Trois ou quatre phases d’expansion étaient déjà prévues". Le géant n’a donc pas manqué de s’en tenir à l’agenda. Après un investissement initial de 250 millions d’euros en avril 2007 pour mettre sur pied son premier data center européen, 300 millions ont suivi en 2013. Au total, la somme injectée par Google en Belgique pourrait bientôt frôler le milliard d’euros.

"La capacité maximale du site n'a pas encore été atteinte. Nous pouvons encore accueillir deux bâtiments de taille semblable au nouveau," conclut Freddy Bonhomme, Senior Infrastructure Operations Manager de Google.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content