Google veut mettre fin aux "cookies"

©AFP

Le géant technologique Google se donne deux ans pour mettre fin aux "cookies" de site tiers. Son annonce a fait plonger le titre de la société française de technologie Criteo.

Fini les "cookies"? C'est la volonté de Google qui annonce se donner deux ans pour mettre fin à ces petits modules électroniques d’identification tant dénoncés par les militants de la protection de la vie privée. Ils permettent en effet de mieux cibler la publicité au profil de l'utilisateur.

Le géant du web ne compte toutefois pas rompre avec la possibilité offerte aux annonceurs de diffuser des messages ciblés. À cet effet, il table sur son programme "Privacy Sandbox" lancé en août. Cette nouvelle technologie devrait permettre de continuer à apporter les données d’utilisateurs aux annonceurs, sans toutefois que celles-ci soient trop personnelles. Il est question d'un ciblage groupé, plutôt que personnel. 

Et donc concrètement?

En quoi consiste dès lors l'annonce du jour de Google? L'objectif est de rendre les "cookies" de sites tiers (qui ne proviennent pas du navigateur utilisé, mais du site visité), "obsolètes" d'ici "deux ans", explique Justin Schuh de Chrome Engineering.

Notre objectif avec cette initiative open source est de rendre le web plus privé et sécurisé pour les utilisateurs, tout en soutenant les éditeurs.
Justin Schuh
Chrome Engineering

Ces petits traceurs, installés automatiquement lors de la visite d'un site internet, servent à identifier un internaute, à sauvegarder ses préférences. Cela permet d'établir, mais un profil et de savoir s'il a vu ou sur quoi il a cliqué. Dénoncé par les partisans du respect de la vie privée, cet outil est défendu par les développeurs de services en ligne gratuits dont la survie dépend des revenus publicitaires.

"Notre objectif avec cette initiative open source (dont les codes sont accessibles à tous, NDLR) est de rendre le web plus privé et sécurisé pour les utilisateurs, tout en soutenant les éditeurs", assure Justin Schuh.

Et si on bloquait les cookies?

Bloquer purement et simplement les "cookies" n'est pas une bonne solution pour le géant américain qui craint que cela n'encourage des méthodes de traçage encore plus insidieuses. Google n'a pas précisé par quoi il comptait remplacer ces "cookies" tiers, mais a dit "travailler activement" pour que les développeurs et éditeurs aient l'opportunité d'expérimenter de nouveaux mécanismes.

Reste à savoir si l'élimination progressive de ces traceurs donnera à Google plus de contrôle sur sa publicité en ligne, un secteur qu'il domine pour l'instant aux côtés de Facebook.

Quoi qu'il en soit l'annonce de Google n'est pas une bonne nouvelle pour tout le monde. L'action de l'entreprise technologique française Criteo , cotée sur le Nasdaq, a clôturé mardi en recul de 16%, touchant son plus bas en 52 semaines.

Criteo travaille avec des entreprises actives dans le commerce électronique avec pour objectif d'améliorer les performances de leur publicité en ligne. Depuis deux ans, l'action de Criteo est malmenée à cause de changements de navigateur et d'un risque de réglementation sur le système de publicité numérique.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés