Guerre des nerfs entre Trump et Apple

©REUTERS

Le fabricant de l'iPhone annonce des hausses de prix pour certains de ses produits si les Etats-Unis taxent davantage les biens importés de Chine; Trump rétorque qu'Apple n'a qu'à déménager sa production sur le sol américain.

Donald Trump a appelé le groupe Apple  à produire ses appareils aux Etats-Unis plutôt qu'en Chine, le meilleur moyen, assure-t-il, pour le groupe d'éviter de subir les conséquences de la guerre commerciale en cours avec Pékin.

"Les prix (des produits) Apple pourraient augmenter à cause des énormes tarifs que l'on va peut-être imposer à la Chine", a souligné le président américain dans un tweet, après avoir menacé vendredi de taxer la totalité des importations en provenance de la Chine, qu'il accuse de pratiques commerciales "déloyales".

Apple avait effectivement signalé antérieurement, dans une lettre adressée à l'administration américaine, qu'une hausse des tarifs douaniers appliqués aux biens importés de Chine pourrait déboucher sur une hausse du prix de certains de ses produits, comme les AirPods et l'Apple Watch.

"Il y a une solution facile", poursuit le président américain dans son tweet: "Fabriquez vos produits aux Etats-Unis au lieu de la Chine. Commencez à construire de nouvelles usines dès aujourd'hui. Excitant!".

Très dépendant du géant asiatique, où il fait fabriquer la plupart de ses appareils, Apple pourrait se retrouver entre les tirs croisés des deux puissances.

Son patron Tim Cook a récemment estimé que les taxes douanières imposées à la Chine par le locataire de la Maison Blanche s'apparentaient à des "taxes sur le consommateur".

Entre juillet et août, 50 milliards de dollars de biens chinois ont déjà été frappés de taxes américaines. Pékin a répliqué à l'identique et a prévenu qu'il pourrait viser encore 60 milliards de dollars de biens américains.

Donald Trump laisse planer le doute sur la taxation de 200 milliards de dollars supplémentaires de biens chinois. Cette nouvelle mesure "pourrait être appliquée très bientôt, cela dépend de ce qui va se passer avec eux", a-t-il affirmé vendredi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content