"Il ne faut pas se précipiter pour acheter l'action Umicore"

©AFP

Depuis son avertissement sur résultats lancé en avril dernier, Umicore a vu son action dégringoler de 38%. Les résultats du premier semestre attendus mercredi devraient être en baisse, si l'on en croit les analystes.

Mercredi matin se profile comme l’une des journées les plus chaudes en termes de résultats de sociétés belges cotées. Six sociétés du Bel 20 dévoileront leurs chiffres dont trois – et non des moindres – ont lancé des "profit warnings" en début d’année dans la foulée de leur bilan du premier trimestre. Les trois mauvais élèves de la classe sont, pour rappel, Solvay , Umicore et Ontex .

Pas besoin de préciser que le marché sera donc aux aguets pour vérifier que ces trois entreprises ne dévient désormais plus de la nouvelle trajectoire qu’elles se sont fixée il y a quelques mois. Un nouveau faux pas serait impitoyablement sanctionné en Bourse.

Claque en Bourse

Depuis l’avertissement sur résultats émis en avril dernier, l’action Umicore a dégringolé de 38% se retrouvant à l’avant-dernière place (-22,6%) du hit-parade 2019 du Bel 20, devant Colruyt (-23,4%) et derrière Ontex (-22,4%).

Pour l’ensemble de l’exercice, le groupe spécialisé dans la technologie des matériaux table maintenant sur un Ebit récurrent compris entre 475 et 525 millions d’euros. Ce sont essentiellement les conditions de marchés difficiles rencontrées dans sa division "Energy & Surface Technologies" (cathodes pour batteries destinées aux véhicules électriques) qui ont conduit Umicore à faire preuve de prudence.

Résultats attendus en baisse

Pour l’ensemble du premier semestre, le consensus des analystes financiers s’attend à des revenus de 1,655 milliard d’euros en recul de 1,7% par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Selon leurs calculs, l’Ebitda récurrent devrait fléchir de 4% à 349,6 millions et l’Ebit récurrent chuter de 10% à 235 millions d’euros.

"Nous nous attendons à des résultats assez faibles", admet Wim Hoste de KBC Securities. "En ce qui concerne les perspectives, nous espérons obtenir un peu plus de clarté sur les tendances de marché pour la division Energy & Surface Technologies", souligne l’analyste.

"Nous accordons encore le bénéfice du doute à Umicore pour son business des cathodes dans le secteur automobile et conservons notre recommandation à 'accumuler' sur la valeur bien que nous ayons décidé de réduire notre objectif de cours à 38 euros contre 45 euros avant."

Sentiment négatif

Nathalie Debruyne de Degroof Petercam constate, pour sa part, que le sentiment reste négatif à l’égard d’Umicore en raison des incertitudes qui pèsent sur la reprise du marché des véhicules électriques en Chine, et à cause des craintes de certains sur les surcapacités dans les matériaux pour cathodes. "L’année 2019 est difficile", reconnaît l’analyste. "Nous continuons à être positifs sur le long terme, mais les inquiétudes à court terme à propos de l’activité clé en matière de croissance se répercutent sur l’action."

Elle conseille toujours un achat de la valeur mais recommande la patience et d’éviter de se précipiter pour acheter. Son objectif de cours est fixé à 43 euros alors que le titre se négocie aujourd'hui autour de 27 euros.

La communauté des analystes apparaît assez divisée sur les perspectives d’Umicore. Ils sont une dizaine à conseiller un achat du titre et une autre dizaine à afficher une position neutre. Quatre autres conseillent de le vendre. Le "target" moyen de 33,7 euros représente un potentiel de hausse de 25%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés