Publicité
interview

Jeetu Patel (Cisco): "L’expérience virtuelle doit devenir meilleure que l’expérience physique"

Jeetu Patel a pris la tête des applications du géant informatique Cisco depuis août dernier. ©Bloomberg

Numéro 2 du géant américain Cisco depuis août dernier, Jeetu Patel dirige notamment les applications de l'entreprise dont Webex, le service de vidéo-conférence qui compte plus de 600 millions d’utilisateurs à travers le monde.

Arrivé en pleine pandémie mondiale au moment où ses concurrents dont Zoom affichaient des records d’utilisation, Jeetu Patel a connu l’année la plus innovante de l’histoire de Webex.

C’est assez logiquement que nous avons réalisé cette interview exclusive via son outil de vidéo-conférence. L’occasion pour lui de nous prouver l’efficacité de son outil "noise cancellation" en direct de chez lui avec son aspirateur et nous dévoiler d’autres nouveautés technologiques de sa plate-forme qui devraient permettre selon lui de rendre l'expérience virtuelle dix fois plus agréable que l’expérience physique.

Les entreprises proposant des services de vidéoconférence font désormais partie du quotidien de millions de travailleurs. Pour le meilleur et pour le pire?

Nous avons pour objectif de nous assurer que nous pouvons proposer aux 3 milliards de travailleurs qui doivent faire leur boulot à distance dans le monde un accès égal aux opportunités économiques. Et donc quel que soit l’endroit où vous vous situez, votre niveau socio-économique, votre type de personnalité introverti ou extraverti ou encore votre préférence linguistique, vous devez pouvoir participer à l'économie mondiale et faire votre travail.

Concrètement, qu’avez-vous développé pour que chacun se sente égal depuis chez lui?

Ce que nous constatons, c'est que les gens trouvent ça très stressant de travailler à domicile. On soulage ce stress avec des choses simples comme la suppression du bruit de fond ou proposer un arrière-plan vidéo si vous n'avez pas une belle maison ou vous n’avez pas envie que vos collègues voient votre famille qui coure partout derrière vous. Il faut que l’on ne puisse pas dire si vous avez des moyens ou non. Les milieux socio-économiques défavorisés doivent pouvoir participer à une réunion sans être inquiets de l’image qu’ils renvoient. Voilà donc le genre de choses sur lesquelles nous avons innové assez rapidement cette année.

Au cours des dernières semaines, vous avez dévoilé des centaines d’innovations. Vous vouliez rattraper un retard par rapport à la concurrence?

Nous avons intégré plus de 100 innovations cette année. L'objectif est de rendre l'expérience Webex 10 fois meilleure que les interactions en présentiel. Si nous arrivons à faire cela, alors le monde sera un lieu d'opportunités assez équitablement réparties. Pour le moment, je trouve que la géographie, l'endroit où vous êtes, est injustement favorisée et nous voulons nous assurer que cela ne soit plus dans l’esprit des gens à l’avenir. Depuis plusieurs mois, tout d'un coup, les employeurs peuvent avoir accès à un bassin de talents mondial et les employés peuvent avoir cet accès à un monde d’opportunités grâce au travail à distance. C’est fantastique, mais il faut que tout cela reste inclusif.

La vidéo-conférence va avoir du mal à supplanter le bon vieux meeting physique. Le ressenti est souvent très frustrant pour les participants. Comment comptez-vous faire?

Le problème que vous rencontrez parfois dans les réunions virtuelles, c'est que les personnes extraverties, les plus bruyantes et les plus promptes à réagir, peuvent absorber tout l'oxygène d'une réunion. Les gens introvertis n'ont que rarement la chance de s'exprimer lors d'un meeting virtuel. Nous voulons que chaque voix compte. Tout le monde devrait avoir une voix égale dans une réunion et tout le monde devrait avoir une place à la table. Alors, que faisons-nous pour cela? L'une des choses que nous avons faites est inspirée par la Cour suprême des États-Unis avec une fonctionnalité qui fait en sorte que tout le monde doit parler une fois avant que quiconque puisse parler une deuxième fois.

Nous avons aussi créé un outil pour comptabiliser le temps de parole et limiter les interventions de chacun. Ça évite de longs monologues. C’est quelque chose que vous ne pouvez pas faire en présentiel parce que les gens ne font que s'interrompre tout le temps. Mais en virtuel, vous pouvez en fait rendre cela très, très différent. C’est pour ça que nous pensons que l’expérience virtuelle peut être bien meilleure et pas simplement égale à l’expérience physique.

2021 sera-t-elle encore une année faste pour la vidéoconférence?

2020 correspond à un énorme pic dans l’usage historique des outils de vidéo-conférence et de travail à distance. Nous nous attendions à voir la courbe se tasser, mais en réalité les chiffres continuent de grimper encore aujourd'hui. 2021 sera intéressante parce que ce sera une année hybride en ce qui concerne le travail avec de nouveaux besoins et une redéfinition de l'espace de travail en tant que tel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés