"L'action Barco va encore broyer du noir un certain temps"

Juste avant la pandémie, le titre Barco se négociait autour de 35 euros, pour 16 euros ce mardi... ©REUTERS

Les résultats annuels de Barco ont déçu investisseurs et analystes et le début de 2021 s'annonce encore délicat. Le titre a perdu près de 7% ce mardi.

Avec des activités centrées, entre autres, sur les salles de cinéma et les systèmes de présentation en entreprises (Clickshare), on comprendra que la pandémie et ses confinements ont pesé très lourd sur les résultats annuels de Barco qui ont été dévoilés deux semaines plus tôt que prévu.

0,378
euro
Le dividende de 0,378 euro est maintenu et pourra être perçu en espèces ou en actions.

Chute des ventes de 29%, à 770 millions d’euros, ebitda divisé par près de trois, à 53,6 millions d'euros, là où le marché tablait sur 63 millions, marge coupée en deux, à 7%, et résultat net qui plonge dans le rouge avec une perte de 4,4 millions d’euros.

Déception

Deux rais de lumière viennent éclairer ce sombre tableau. Un: le dividende de 0,378 euro est maintenu et pourra être perçu en espèces ou en actions. Deux: des améliorations aux niveaux des ventes et des commandes ont été constatées au cours du quatrième trimestre par rapport au précédent. En guise de prévisions, le groupe spécialisé dans les technologies de l’image évoque une marge ebitda comprise entre 5 et 10% pour le premier semestre. Pas très gras…

En bourse, les investisseurs ont fait la grimace face à ce bilan annuel, le titre perdant 6,6% à la clôture. Chez les analystes, c’est le mot "déception" qui revient le plus souvent.

"Encore une fois, les résultats de Barco sont en dessous de nos attentes et de celles du consensus", note Kris Kippers, de Degroof Petercam ("conserver"; 21,5 euros), qui constate aussi qu’à ce stade, les prévisions pour le début de l’année ne sont guère brillantes. Conclusion: il estime que l’action Barco va broyer du noir pendant un certain temps étant donné que la grande majorité des opérations du groupe ne devrait pas afficher un rebond ferme prochainement.

"Nous croyons que les ventes et le dividende inchangé pourront apporter un peu de soutien aujourd’hui dans un bilan qui se révèle largement décevant."
Marc Hesselink
Analyste chez ING

Regarder vers 2022

Même constat au niveau des résultats chez Kepler Cheuvreux, où Loïc De Smet reste à "conserver" sur le titre avec un target de 15 euros, et cela, pour trois raisons: la visibilité reste limitée, la société a besoin de restaurer la confiance auprès des investisseurs et des perturbations affectent encore certains de ses marchés clés en raison de la pandémie.  

Marc Hesselink, d’ING ("conserver" ; 16 euros), juge, pour sa part, que les investisseurs doivent regarder vers 2022 et au-delà pour percevoir un peu d’attirance dans le dossier Barco. "Nous croyons que les ventes et le dividende inchangé pourront apporter un peu de soutien aujourd’hui dans un bilan qui se révèle largement décevant."

KBC Securities ("accumuler"), qui a majoré lundi son objectif de cours de deux euros, à 22 euros, se dit toujours prudente sur la valeur, tout en regardant au-delà de la pandémie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés