L'action Thales boostée par l'acquisition de Gemalto

©AFP

L'équipementier pour l'aérospatiale et la sécurité Thales a annoncé une contre-offre sur le spécialiste de la sécurité numérique Gemalto au prix de 51 euros par action, contre 46 euros pour celle d'Atos. Gemalto l'a acceptée. L'action Thales prenait près de 7% à l'ouverture des marchés.

Thales a annoncé dimanche son intention d'acquérir Gemalto , au prix de 51 euros par action, soit près de 4,8 milliards d'euros au total. Le spécialiste de la sécurité numérique a acceptée cette offre.

Gemalto avait décliné une offre inférieure proposée par Atos mercredi dernier et qui le valorisait à 4,3 milliards d'euros. Ce lundi matin, l'action Worldline (filiale d'Atos) s'envolait de 18% à l'ouverture des marchés.

Thales estime que l'opération générera dès la première année une relution du BNPA ajusté entre 15% et 20%, avant prise en compte des synergies annuelles, significatives en termes de revenus et évaluées à 100-150 millions d'euros en 2021 en termes de coûts.

Il compte amener la marge de Gemalto en ligne avec sa propre marge attendue au moment de l'intégration des 2 entités. Par ailleurs, il estime que l'expansion de la marge de Gemalto pourra dépasser celle de Thales 2-3 ans après l'acquisition.

Thales précise qu'il financera l'offre en utilisant sa trésorerie disponible et un financement bancaire dédié d'un montant de quatre milliards d'euros. Lazard, Messier Maris & Associés et Société Générale sont les conseillers financiers de Thales et Deutsche Bank et J.P.Morgan ceux de Gemalto.

288 emplois à supprimer

Malgré cette bonne nouvelle, l'entreprise Gemalto maintient son plan de suppression de 288 postes dans son activité SIM, a déclaré le directeur général. Et ce, alors que Thales avait promis de ne pas toucher aux emplois. "Ce plan est maintenu, il correspond à la nécessité d'optimiser et d'alléger les effectifs que nous maintenons aujourd'hui sur la carte SIM", a dit Philippe Vallée sur la radio BFM Business.

 

Il a ajouté qu'il donnerait la priorité aux reclassements internes mais que le rapprochement avec Thales permettrait aussi d'ouvrir aux salariés concernés des offres d'emploi de l'équipementier pour l'aérospatiale et la sécurité, "ce qui va certainement nous aider; c'est très positif", a-t-il ajouté.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés