epinglé

L'embauche de Frédéric Jacobs, message symbolique d'Apple au FBI

©REUTERS

Apple a déposé devant la justice américaine un mémoire en vue de s'opposer à l'injonction du FBI qui lui demande de débloquer l'iPhone de Syed Rizwan Farook, l'un des auteurs de la tuerie de San Bernardino en décembre dernier. Un jeune Bruxellois a aussi été embauché par le géant américain pour rejoindre les spécialistes sécurité de la boîte.

En matière de sécurité, c’est comme en amour, on ne badine pas! Face au FBI qui voudrait se voir fournir un outil permettant de contourner la sécurité intérieure à iOS, Apple répond en embauchant… un expert en cryptographie, bien sûr. Ce n’est certes pas le transfert de l’année, Frédéric Jacobs n’étant pas spécialement connu du grand public, mais c’est tout un symbole. Un pied de nez à l’administration américaine.

Il n’a pas 25 ans et il est déjà l’un des experts en cryptographie les plus respectés. Frédéric Jacobs est bruxellois et il a accepté l’offre d’Apple de rejoindre l’équipe sécurité CoreOs durant l’été prochain. Sa durée et son rôle demeurent une énigme mais nul doute que le chiffrement sera au cœur de ses fonctions.

Frédéric Jacobs a travaillé durant deux et demi comme développeur sécurité chez Open Whisper Systems, la société qui a créé la messagerie cryptée Signal. Il a quitté ses fonctions en janvier (et ne souhaite pas commenter ce départ) mais a travaillé sur le chiffrement de bout en bout de l’application Signal pour iOs.

L’appli est devenue la coqueluche de la communauté sécurité. Même Edward Snowden en est un fervent utilisateur. Il a récemment déclaré qu’il l’utilisait "tous les jours" et que c’était l’une des rares applications de messagerie cryptée qui obtient des notes aussi élevées au sein de l’Electronic Frontier Foundation, un groupe de défense des droits numériques.

Frédéric Jacobs avait déjà fait parler de lui. C’est notamment lui qui avait travaillé sur la fuite de données à la SNCB il y a quelques années. Son engagement par Apple intervient au moment où le groupe américain s’est engagé dans un véritable bras de fer avec le FBI. Le risque de perdre ce combat l’incite à travailler au renforcement de la sécurité de ses services. Histoire de ne pas pouvoir aider les autorités, même s’il le voulait?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés