L'Europe veut une enquête sur la débâcle de Wirecard

La fintech Wirecard a demandé jeudi sa liquidation. ©EPA

Le gendarme allemand a-t-il failli dans le contrôle de la fintech spécialisée dans les paiements en ligne Wirecard? La Commission européenne demande l'ouverture d'une enquête préliminaire avec des résultats pour le 15 juillet.

La Commission européenne s'interroge sur la débâcle de Wirecard . La fintech allemande a demandé jeudi sa mise en liquidation après l'émergence d'un scandale financier qui a poussé son patron à la démission.  

Dans une lettre envoyée jeudi soir à Steven Maijoor, président de l'Autorité européenne de supervision des marchés financiers (ESMA), la Commission européenne demande que cette "analyse préliminaire" soit conclue "au plus tard le 15 juillet". 

L'Allemagne durcit le ton

Le gouvernement allemand a de son côté dénoncé un "scandale sans équivalent dans le monde de la finance" et annoncé un durcissement des contrôles de ce secteur encore peu surveillé.  

"Nous devons clarifier ce qui a mal tourné."
Valdis Dombrovskis
vice-président de la Commission européenne

"À ce stade, cette analyse préliminaire devrait viser à établir une description complète et une évaluation des événements, y compris l'adéquation de la surveillance à ces événements qui ont conduit à la faillite de Wirecard", lit-on dans la lettre de la Commission européenne.  

Dans un entretien au quotidien britannique Financial Times paru vendredi, le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis a déclaré que cette enquête devait déterminer "s'il y a eu des manquements en matière de surveillance et, le cas échéant, (permettre) de définir une ligne de conduite possible".  

Qu'est-ce qui a mal tourné?

"Nous devons clarifier ce qui a mal tourné", a-t-il dit, alors que l'Allemagne s'apprête à prendre la présidence tournante de l'UE pour six mois le 1er juillet. 

Selon les résultats de cette enquête préliminaire, il pourrait y avoir une investigation complète conduisant à la remise d'un rapport par l'ESMA, institution basée à Paris. Ce rapport énumèrerait les lacunes de la supervision et donnerait des instructions au gendarme allemand de la finance (la BaFin) pour introduire des réformes dans ses méthodes de travail.  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés