Publicité
Publicité

La Belgique bonne élève en matière de technologies digitales

©Photo News

Le baromètre 2015 du SPF Economie montre une évolution favorable dans notre pays.

Vous êtes de plus en plus nombreux à remplir votre déclaration d’impôts sur Tax-on-web, le service en ligne du SPF Finances. Ces services gouvernementaux, disponibles comme tant d’autres sur Internet, font partie des technologies de l’information et de la communication (également appelées TIC). Il se trouve qu’en la matière, la Belgique est plutôt une bonne élève par rapport à la moyenne européenne. Notre pays occupe actuellement la 5e place du classement des 28 États membres pour l’Indice européen Desi (indice qui mesure, entre autres, l’usage d’Internet et des technologies digitales). Et le Baromètre de la société d’information 2015, publié hier par le SPF économie va dans le même sens.

"La Belgique remplit 7 des 9 objectifs de l’Agenda numérique pour l’Europe."
Alexander De Croo
Ministre de l’Agenda numérique et des Télécommunications

Des particuliers connectés

L’étude révèle que les Belges utilisent de plus en plus d’outils numériques au quotidien. En Belgique, vous êtes ainsi 84% à posséder au moins un ordinateur chez vous et 83% à bénéficier d’une connexion internet à haut débit. 72% des Belges de 15 ans et plus utilisent Internet tous les jours (voir graphique ci-dessous). Mais c’est la téléphonie mobile qui bat tous les records chez les particuliers. Ainsi, vous êtes 95% à utiliser un GSM ou un smartphone à titre privé. Et 60% des 15-25 ans se connectent à Internet depuis leur téléphone.

Le ministre de l'Agenda numérique, Alexandre De Croo, est satisfait du chemin parcouru par la Belgique ©Photo News

L’étude révèle également que les transactions en ligne sont en hausse dans notre pays. 54,2% des Belges ont ainsi effectué des achats en ligne au cours des 12 derniers mois, contre 47,6% en 2013. Les Belges sont aussi de plus en plus nombreux à entrer en relation avec les services publics sur le web. À titre d’exemple, 36,4% des particuliers ont renvoyé des formulaires remplis aux administrations publiques via Internet. Il s’agit du 7e meilleur score de l’UE en 2014.

Si le nombre de personnes connectées augmente, le risque de cybercriminalité croît lui aussi. Et les Belges en sont bien conscients. Ainsi, plus d’un internaute belge sur deux craint d’être un jour la victime d’une usurpation d’identité, même si le vol d’identité en ligne ne concerne que 7% de la population en Belgique. De même, 64% d’entre vous redoutent la fraude à la carte bancaire lorsqu’ils effectuent des transactions sur Internet. Pourtant, moins de 10% des Belges y ont déjà été confrontés. À l’heure actuelle, le risque le plus courant concerne la contamination de votre ordinateur par un virus informatique. 55% des internautes belges en ont été victimes en 2014.

Les mauvais chiffres

Du côté des entreprises, le bilan quant à l’utilisation des TIC est globalement positif. L’étude souligne notamment la progression des logiciels ERP, utilisés pour partager des contenus professionnels (47,3% en 2014 contre 40,8% en 2013). Mais il y a quelques ombres au tableau. En premier lieu, le nombre de cyber-incidents visant les entreprises sont en très nette augmentation. Ainsi, en 2014, il y a eu 822 cyber-incidents par mois en moyenne, contre 339 en 2013. La majorité d’entre eux étaient liés aux "scans" (programmes qui scannent des bases de données pour trouver des points faibles) ou à des virus.

©Mediafin

Le deuxième point noir pour les entreprises concerne l’e-commerce. Dans ce domaine, la Belgique se situe en deçà des objectifs du "Digital Agenda for Europe" (DAE), la stratégie numérique pour l’Union européenne. Pour 2015, ceux-ci prévoyaient en effet que 33% des petites et moyennes entreprises vendent et achètent sur la Toile. Or, seuls 32,2% des entreprises belges effectuent de fait des achats sur Internet. Et elles ne sont que 24,4% à réaliser des ventes en ligne. Notons tout de même que la Belgique se situe malgré tout au-dessus de la moyenne européenne, fixée à 17,8% pour la vente en ligne.

Par ailleurs, 37,7% des entreprises rencontrent actuellement des difficultés à recruter des personnes disposant de compétences spécialisées en TIC. Il y a donc des opportunités d’emploi dans ce secteur. D’ailleurs, un peu plus de 35.000 entreprises belges étaient actives dans le domaine des TIC en 2014. 98% d’entre elles officient dans le domaine des services et moins de 2% dans l’industrie.

Le bilan de cette étude se révèle donc plutôt positif pour la Belgique. Cette dernière remplit 7 des 9 objectifs numériques fixés par la Commission européenne à l’horizon 2015.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés