La croissance d'Azure de Microsoft passe pour la première fois sous la barre des 50%, le titre baisse

©EPA

Mauvaise nouvelle pour Microsoft: la croissance de son service de cloud Azure s'affiche pour la première fois sous la barre des 50%. Ce qui a fait reculer le titre du géant technologique de 4,35% à Wall Street ce jeudi.

Azure, le service de cloud de Microsoft, a connu une croissance inférieure à 50 % pour la toute première fois au cours du quatrième trimestre qui s'est terminé le 30 juin, faisant reculer les actions du géant technologique de 4,35% à Wall Street ce jeudi.

Microsoft note ainsi que le chiffre d'affaires de son segment "Intelligent Cloud" a augmenté de 17% à 13,4 milliards de dollars au cours du quatrième trimestre, avec une croissance de "seulement" 47% pour Azure. Les analystes s'attendaient en moyenne à un chiffre d'affaires de 13,09 milliards de dollars.

38
milliards de dollars
Le chiffre d'affaires total de Microsoft a augmenté de 13% pour atteindre 38,03 milliards de dollars au cours du quatrième trimestre se terminant le 30 juin.

Le taux de croissance d'Azure est la meilleure mesure directe de la concurrence avec des rivaux comme AWS d'Amazon et Google Cloud d'Alphabet, maison mère de Google.

Le chiffre d'affaires total de Microsoft a augmenté de 13% pour atteindre 38,03 milliards de dollars au cours du quatrième trimestre se terminant le 30 juin, battant les estimations de 36,5 milliards de dollars

Microsoft visé par une plainte de Slack

Par ailleurs, la start-up américaine Slack a déposé une plainte pour concurrence déloyale devant la Commission européenne contre Microsoft, l'accusant de forcer la main des utilisateurs de sa populaire suite de bureautique Office en leur imposant l'outil Teams.

La société, qui commercialise son propre service de messagerie interne, estime que Microsoft abuse de sa position dominante en combinant Teams avec ses autres logiciels Word, Excel, PowerPoint ou encore Outlook. Ce faisant, Microsoft "oblige des millions de clients à installer (Teams), bloque sa suppression et cache le coût réel pour les entreprises" utilisant Office, estime Slack dans un communiqué.

La start-up représente une "menace pour l'emprise de Microsoft sur les e-mails professionnels (avec Outlook, NDLR)" et par ricochet, "la main-mise de Microsoft sur les logiciels d'entreprise", a commenté un responsable de Slack dans le communiqué.

Slack souhaiterait que l'Union européenne force Microsoft à vendre Teams comme un produit à part et non comme partie intégrante de sa suite Office.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés