Débuts nerveux pour Unifiedpost à la Bourse de Bruxelles

Unifiedpost a fait son entrée à la bourse de Bruxelles ce mardi. Il s'agit de la troisième introduction sur Euronext Brussels de l'année. ©BELGA

Lors de sa première cotation, l’action Unifiedpost a grimpé de 40% à 27,98 euros avant de réduire la cadence. Son prix d'introduction avait été fixé à 20 euros.

C'est là l'aboutissement du "Projet Sky", de son petit nom. Ce mardi, la fintech brabançonne Unifiedpost fait officiellement ses premiers pas dans la cour des grands. À 9h tapantes, elle a rejoint le marché bruxellois, dans le sillage, cette année, de la société pharmaceutique Hyloris  entrée sur Euronext Brussels en juin et de la medtech wallonne Nyxoah la semaine dernière.

L'action Unifiedpost a pris près de 40% dans les premiers échanges avant d'effacer pratiquement tous ses gains matinaux. Vers 11 heures, le nouveau venu ne gagnait plus que 1% et son action s'échangeait à 20,20 euros. Trois heures plus tard, le cours de la fintech a repris de la hauteur, gagnant 10% vers 14 heures à 22 euros.

Une demande six fois supérieure à l'offre

Les petits investisseurs peuvent désormais entrer dans la danse. Alors que jusqu'à ce lundi, seuls les institutionnels étaient autorisés à participer à l'opération.

À ce stade, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'appel aux capitaux lancé lors de la troisième IPO de l'année à Bruxelles a été entendu. Dépassant même (de loin) les attentes du concerné, à savoir la vente de 9,72 millions d'actions à un prix oscillant entre 18 et 20 euros, en raison d'une demande six fois supérieure à l'offre - les investisseurs étant prêts à acheter jusqu'à 1,5 milliard d'actions.

Et ce mardi matin, le titre Unifiedpost s'est envolé de 40% dans les premiers instants de la cotation, grimpant jusqu'à 27,98 euros. Les choses se sont ensuite quelque peu calmées et l'action avoisinait les 20 euros vers 11h.

Afflux d'argent frais bienvenu

Avec un carnet d'ordres rempli vendredi dernier en 10 minutes seulement, la société basée à La Hulpe devrait désormais même pouvoir compter sur une option de surallocation pleinement exercée. Lui permettant, concrètement, de lever quelque 252 millions d'euros, contre 175 millions environ initialement escomptés, au bas de la fourchette. Un afflux de fonds frais bienvenu, sans quoi Unifiedpost aurait épuisé son fonds de roulement d'ici janvier prochain avec un déficit d'1,4 million.

252 millions
d'euros
Unifiedpost a pu lever quelque 252 millions d'euros lors de son IPO.

La performance a été notamment rendue possible par une promesse d'investissement de 97,7 millions d'euros, en fin de semaine dernière, de la part de six investisseurs institutionnels, à savoir Capital International Investors, Swedbank
Robur Fonder AB, Legal & General Investment Management, Invesco Asset Management Limited, WCM Investment Management et Sycomore Asset Management, détaille le prospectus de la société.

Désengagements partiels

Par ailleurs, certains actionnaires existants ont, eux, profité de l'opération pour se désengager partiellement d'Unifiedpost - à la différence de la SFPI ou de PMV par exemple, apprend-on. De quoi leur rapporter, au total, environ 80 millions d'euros.

C'est le cas notamment de PE Group, véhicule d'investissement de la famille Van Rompay (Hyloris) et Stefan Yee, de Smartfin Capital, le fonds technologique du pionnier belge des fintechs Jurgen Ingels (ex-Clear2Pay) et de son associé Bart Luyten, et de Michel Delloye (ancien patron de GBL). Ensemble, ils étaient à ce jour les trois principaux actionnaires d'Unifiedpost, à côté du management (38%).

En parallèle, l'américain EJF Investments s'est également séparé d'une partie de sa participation (6,72%). De quoi porter, dans l'ensemble, à environ 44,5% le pourcentage d'actions librement négociables (free float).

608 millions
d'euros
Fort de son IPO, Unifiedpost est désormais valorisé à environ 608 millions d'euros.

Pour le reste, Unified détaille aussi dans son prospectus que quelques noms bien connus de la scène entrepreneuriale belge sont aujourd'hui représentés au capital. Et ce, depuis une émission d'obligations convertibles il y a deux ans, obligations qui furent quasiment toutes converties en actions lors des augmentations de capital - pour un total de 47 millions d'euros - cet été. Cette liste comprend aussi bien le serial entrepreneur Tony Beeuwsaert (propriétaire du club de foot Zulte Waregem), que Dries Van Canneyt (ex-Unilin, fabricant du stratifié Quick Step), Steve Rousseau (CEO de House of Talents), ou encore Rodolphe de Spoelberch.

Acquisitions en vue

Avec cet argent fraîchement levé - soit 160 millions d'euros une fois les coûts de l'entrée en bourse déduits -, Unifiedpost devrait désormais viser à améliorer sa croissance interne, de même que lorgner de futures acquisitions. Une partie du produit de l'IPO remboursera également une partie du financement obtenu en vue d'une acquisition antérieure (17 millions d'euros).

Fort de l'opération, le spécialiste de la numérisation des factures fondé en 2001 est désormais valorisé à environ 608 millions d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés