La fusion Takeaway-Just Eat confrontée à l'ire des actionnaires

©REUTERS

Eminence Capital, qui détient plus de 4% de Just Eat, considère l'offre du Néerlandais Takeaway comme insuffisante. Le mois dernier, Aberdeen Standard Investments (actionnaire à plus de 5%) avait fait le même constat.

De gros grains dans l'engrenage de la fusion Takeaway-Just Eat. Eminence capital, qui détient 4,4% du capital de Just Eat, annonce qu'il votera contre cette fusion à 9 milliards de livres (près de 10 milliards d'euros). Il parle d'un deal "grossièrement inadéquat pour les actionnaires de Just Eat, même s'il semble logique."

Il y a un mois, le Néerlandais de Takeaway.com présentait les termes du contrat de rachat de leur concurrent anglais Just Eat. Les actionnaires de Just Eat recevraient pour chacune de leurs actions, 0,09744 nouvelle action de Takeaway.com. En date du 5 août, cette opération valorisait Just Eat à 4,7 milliards de livres. A la clôture lundi, Just Eat affichait une valeur de marché de 5,33 milliards de livres.

"Il nous paraît évident que l'offre d'une surprime de 15% par rapport au cours de clôture de Just Eat le 26 juillet est hautement opportuniste", explique Ricky Sandler, CEO de Eminence.

Les "non" s'accumulent

Le deal nécessite tout de même l'aval de 75% des actionnaires de Just Eat. Le mois dernier, Aberdeen Standard Investments, qui détient 5,1% du capital de Just Eat, avait aussi affirmé que la transaction ne valorisait pas suffisamment la société britannique et espérait une offre revue à la hausse. 

Cette fusion intervient dans un marché de la livraison de repas de plus en plus concurrentiel, notamment avec les services Deliveroo et Uber Eats.

©ANP

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés