La guerre des moteurs de recherche est lancée

L'outil permettant à Apple de faire l'inventaire du Web, l'Applebot, semble être de plus en plus actif ces derniers temps, suggérant que le fabricant d'iPhone pourrait vouloir déployer son propre moteur de recherche. ©AFP

Apple prépare en coulisse une attaque en bonne et due forme envers le roi du moteur de recherche Google.

Le changement est subtil. Et aurait donc pu passer inaperçu, sans le regard attentif d'observateurs avisés du secteur. Après tout, il en va simplement de l'affichage de ses propres résultats de recherche par Apple lorsque un utilisateur saisi une requête depuis son écran d'accueil.

Pourtant, il s'agit là d'un développement majeur ayant été introduit dans la dernière version de son système d'exploitation, iOS 14, traduisant une bataille qui couve de longue date désormais: la firme à la pomme s'apprête à lancer une attaque contre le roi du moteur de recherche Google.

"Code red"

Et pour cause, la situation de statu quo qui prévalait jusqu'alors est menacée depuis l'ouverture, la semaine dernière, d'un procès – qualifié de "code red" chez les Gafa – à l'encontre des deux géants du numérique par le département de la Justice américaine.

Ce qui leur est reproché? Des paiements pour plusieurs milliards de dollars effectués chaque année par Google en vue de garantir sa place de moteur de recherche de premier choix sur les iPhone du monde entier. Ce qui mettrait à mal la concurrence.

11
milliards $
Chaque année, Google verserait 11 milliards de dollars à Apple pour s'assurer que son moteur de recherche reste le premier choix sur les iPhone.

On ne parle pas ici de petite monnaie. La somme concernée va de 15 à 20% des bénéfices annuels d'Apple, selon le plaignant, soit quelque 11 milliards de dollars (environ un tiers des bénéfices de Google).

Alors, peut-être était-il temps d'emprunter la porte de secours pour la firme à la pomme. Qui murirait le projet de développer ses propres capacités de longue date, bien que rien n'ai jamais été confirmé officiellement? La société est réputée pour sa discrétion légendaire au sujet des projets développés en interne.

Éléments tangibles

Après tout, la liste des éléments tangibles s'est allongée ces dernières années. À commencer par le recrutement, il y a deux et demi, du responsable "recherche" et intelligence artificielle de Google. L'opération avait certes permis à la firme à la pomme de booster ses ressources autour de son assistant virtuel, Siri, mais avait aussi permis l'entrée dans la maison de huit ans d'expérience aux manettes du plus populaire des moteurs de recherche.

Ensuite, l'on peut aussi souligner les fréquentes offres d'emplois d'Apple pour des ingénieurs spécialiste de la recherche, dont la terminologie ne manque pas d'ambition puisque les candidats sont appelés à "définir et mettre en oeuvre l'architecture de la technologie révolutionnaire de recherche d'Apple".

Enfin, selon des experts cités par nos confrères du FT, l'outil permettant à Apple de faire l'inventaire du Web, l'Applebot, semble être de plus en plus actif ces derniers temps.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés