Le beau lot de consolation d'Umicore

©rv

Pour lever près de 900 millions d'euros, Umicore a choisi la voie expresse du placement privé, laissant les petits actionnaires sur le quai. Lot de consolation: le titre a bondi en Bourse.

Certains petits porteurs seraient en droit de froncer les sourcils. On savait qu’Umicore qui a développé une expertise dans les matériaux pour batteries équipant les véhicules électriques envisageait de lever des capitaux pour financer ses projets. Et le fait d’avancer la publication de ses résultats annuels le soir de la veille du jour prévu a certainement mis la puce à l’oreille des observateurs avertis.

Mais les petits actionnaires qui espéraient profiter de cette occasion pour renforcer leur position grâce à une décote accordée dans ce type d’opérations en ont été pour leurs frais.

"Petit actionnaire, petit c..."

Umicore a en effet opté pour un placement privé accéléré pour lever près de 900 millions d'euros avec un décote assez faible (2,7% à 39,80 euros par action) compte tenu sans doute de la baisse de 2,16% du titre jeudi soir et de 7%sur un mois. Par contre, GBL, qui détient 17% du capital d’Umicore a pu, lui, participer à cette opération éclair qui a été bouclée en 150 minutes, soit un million toutes les 10 secondes. "Petit actionnaire, petit con, gros actionnaire, gros con!". L’adage que l’on prête à Albert Frère ne se vérifie pas toujours.

Souvent à l’issue des placements privés qui sont surtout le fait des sociétés de biotechnologies, la décote se reflète dans le cours de Bourse du lendemain, l’investisseur lambda pouvant consolider sa ligne ou pas.

Ici, rien de tout cela. Le titre s’est envolé de 10% et le train de la décote ne s’est pas arrêté à la gare de monsieur-tout-le-monde.

Les avantages pour Umicore

Faut-il s’en plaindre? Pour la société, en tout cas, le placement privé accéléré présente le triple avantage de la souplesse, de la rapidité (150 minutes au lieu de deux à trois semaines minimum pour une augmentation de capital avec droits de préférence) et de la faiblesse des coûts (pas de prospectus, notamment). Et puis, dans le contexte actuel d’extrême volatilité des Bourses s’adresser à des professionnels des marchés permet de garantir le succès de l’opération.

Pour l'actionnaire particulier qui pourrait être vexé d'avoir été négligé, le bond de près de 10% de l’action en Bourse ce matin pourra agir comme un baume apaisant. Car pour assurer le succès du placement qui doit permettre de financer la croissance du groupe, Umicore n’est pas venu les mains vides.

Résultats costauds

Des résultats annuels robustes ont été publiés en même temps que l’augmentation de capital. A ce point robustes qu’Umicore prévoit même de se rapprocher, déjà en 2018, de son objectif Horizon 2020 de doubler son Ebit récurrent (par rapport à celui de 2014) pour atteindre 500 millions d’euros. Ce qui a provoqué le feu d’artifice en Bourse ce vendredi matin malgré la dilution de 10% provoquée par l’émission de 22,4 millions d’actions. Un beau lot de consolation, avouons-le.

Dérive

Pour ne pas détourner (encore plus) les investisseurs particuliers de la Bourse, il faudra être attentif au risque de dérive qui consisterait à ne plus faire appel à eux via une augmentation de capital avec droits de préférence que lorsque les affaires vont mal (Cf ArcelorMittal, Fagron ou CGG plus récemment). Et les laisser en rade quand le soleil brille dans un ciel azur.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content