Le "cloud computing" fait son entrée au Mondial des métiers

Pour la première fois, le mondial des métiers " Worldskills " accueille une compétition en cloud computing. La nouvelle discipline est organisée en partenariat avec Amazon. Un Belge figure parmi les candidats.

Jusque lundi, 1.300 jeunes issus d’une soixantaine de pays sont en compétition lors du Championnat du Monde des métiers Worldskills. Organisée tous les deux ans, la compétition internationale existe déjà depuis plus de soixante ans. Cette année, 56 métiers sont en compétition. Coiffure, carrelage, ébénisterie, la plupart des disciplines sont des habituées de l’événement et sont présentes depuis de nombreuses éditions.

Mais comme pour les JO, l’olympiade des métiers est constamment en évolution. Cette année, Worlskills organise pour la première fois une compétition en " cloud computing ". Comme pour la plupart des épreuves, les organisateurs se sont associés pour l’occasion à un partenaire professionnel, en charge d’amener le matériel ou proposer une série d’épreuves.

Pour cette nouvelle discipline, c’est le géant Amazon qui s’est chargé de concocter une série d’exercices pour améliorer les performances de son app. Affairés sur leur ordinateur, quinze candidats se creusent les méninges pour trouver le meilleur moyen afin d’améliorer la sécurité et mettre en place de nouvelles fonctionnalités au sein de l’écosystème du géant de la vente en ligne. " Le cloud computing est une activité difficile à expliquer. En très résumé, il s’agit ici d’assurer la gestion de serveurs de façon décentralisée ", nous explique-t-on.

Formation autodidacte

Parmi les candidats, Benjamin Nicodème défend les couleurs de la Belgique. Déjà titulaire d’un bachelier en informatique, le jeune homme de 23 ans termine un master en cybersécurité en codiplomation dans six écoles différentes. Une formation solide mais qui, du côté du cloud, reste assez légère. " Actuellement en Belgique, il n’y a pas de véritable formation ", explique-t-il. " On l’aborde durant notre formation mais assez peu. J’ai donc du me former moi-même pour me préparer à la compétition ", explique le Liégeois.

"J’ai du me former moi-même pour me préparer à la compétition"
Benjamin Nicodème
Candidat belge aux World Skills

Benjamin a donc enchainé les formations en ligne et est également parti tester ses compétences lors de compétitions en Irlande et en Inde avec plusieurs candidats qu’il retrouve actuellement dans la compétition internationale. Un bon moyen de s’évaluer mais il sera très compliqué de sortir vainqueur de la compétition. Le jeune homme espère néanmoins décrocher une médaille mais doit faire avec une domination asiatique importante dans le domaine. "Sur les quinze candidats, nous sommes seulement trois à venir d’Europe ", glisse encore Benjamin Nicodème.

Après deux jours de compétition, difficile pour le jeune homme de se positionner. "  Le premier jour s’est plus ou moins bien déroulé mais comme nous n’avons pas de référence, c’est difficile de se positionner. Samedi, j’ai eu un problème technique mais on verra pour la suite ", explique le jeune informaticien. S’il ne préfère pas s’avancer sur le résultat de sa compétition, le jeune homme ne doit en revanche pas vraiment se poser de questions sur son avenir professionnel. "  Avec ma formation je peux m’orienter vers l’IT, la cybersécurité ou le cloud. Je n’ai pas encore décidé mais cela ne devrait pas trop poser de problème pour trouver un travail ", explique encore le jeune homme.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect