Le démantèlement de Wirecard ne devrait pas rassasier les créanciers

La fintech allemande Wirecard va être vendue activité par activité. Le montant total récolté pourrait atteindre 500 millions d'euros. ©REUTERS

Santander annonce l'acquisition des activités européennes de Wirecard. Le montant de l'opération n'a pas été dévoilé, mais on parlerait de 100 millions d'euros.

Chouchou des investisseurs pendant des années, la fintech allemande Wirecard avait dû demander sa mise en liquidation en juin dernier. Après avoir reporté à quatre reprises la publication de ses résultats, la société avait été contrainte d'admettre que 1,9 milliard d'euros avaient tout simplement disparu de son bilan, voire n'avaient jamais existé.

Le groupe espagnol reprend la plateforme technologique, mais aussi tous les actifs qui ont formé auparavant le cœur de métier.

Aujourd'hui, l'heure est au démantèlement. Le groupe bancaire espagnol Santander annonce ainsi dans un communiqué le rachat des activités européennes du fournisseur de services de paiement Wirecard.

Santander, propriétaire du cœur de métier

Dans un communiqué, Michael Jaffé, liquidateur de la firme bavaroise, précise que le groupe espagnol reprend la plateforme technologique, mais aussi tous les actifs qui ont formé auparavant le cœur de métier.

Le montant du rachat n'a pas été révélé. Selon le quotidien allemand "Süddeutsche Zeitung", il pourrait s'élever à 100 millions d'euros. Quant aux quelque 600 salariés, ils devraient majoritairement être repris par Santander, selon le communiqué.

3,2 milliards
d'euros
La vente par appartement de Wirecard pourrait rapporter quelques 500 millions d'euros, là où les créanciers réclament 3,2 milliards d'euros à la fintech déchue.

Les créanciers sur les rangs

Toujours selon le média allemand, la vente par appartement de Wirecard pourrait rapporter quelques 500 millions d'euros. Notons toutefois que les créanciers réclament 3,2 milliards d'euros à la fintech déchue.

Ces derniers - des banques et investisseurs - se réunissent ce mercredi en assemblée à Munich. Le fondateur et ancien patron de Wirecard, l'Autrichien Markus Braun, en détention provisoire, sera auditionné par une commission d'enquête de la chambre des députés allemands ce jeudi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés