Le fonds belge Tioga investit dans le gardien du trafic internet Nym

Nym Technologies est une société suisse active dans la sécurisation du trafic internet en combinant technologie d'identification de pointe et "mix network". ©Shutterstock

Tioga, le véhicule soutenu notamment par la SRIW, participe à un tour de table de 6 millions de dollars autour de la start-up suisse Nym.

Après être monté à bord du coffre-fort à bitcoins Casa, du fournisseur de portefeuilles à NFT (ces sortes de "codes" uniques permettant de rendre n'importe quelle création numérique identifiable, NDLR) Venly et, plus récemment, du conseil-fiscal pour crypto-investisseurs, Tioga remet le couvert en participant à un tour de table de six millions de dollars aux côtés d'autres acteurs du capital-risque.

La solution de Nym promet un anonymat plus élevé que le classique VPN que vous pourriez déjà utiliser pour sécuriser et anonymiser votre connexion.

La cible cette fois? Nym Technologies, du nom de cette société de Suisse romande active dans la sécurisation du trafic internet en combinant technologie d'identification de pointe et "mix network", c'est-à-dire le recours à des serveurs intermédiaires multiples re-routant l'information sans permettre l'accès à celle-ci ni divulguer son origine ou sa destination finale. Ce qui empêche, de facto, l'analyse du trafic par tout intrus éventuel capable de surveiller l'ensemble du réseau, "en ce compris la NSA", ironise la société sur son site internet.

En clair, la solution de la société fondée en 2017 et dirigée par un ancien chercheur du MIT promet un anonymat plus élevé que le classique VPN que vous pourriez déjà utiliser pour sécuriser et rendre anonyme votre connexion.

Les moyens de ses ambitions

Lancé en juillet 2020, Tioga Capital s'est doté de quelque 14 millions d'euros en décembre dernier. Et ce, grâce au soutien de familles entrepreneuriales belges (Vlerick, De Clerck, Van Hool, Lhoist) et de la SRIW.

Le fonds est emmené par quatre Belges aux profils complémentaires. Et peut s'appuyer, notamment, sur l'expertise du pionnier de la fintech Jürgen Ingels (ex-Clear2Pay) que l'on retrouve à bord du comité d'investissement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés