Les achats d'articles illégaux ou contrefaits ont moins la cote

Les achats de contrefaçons ou de matériel piraté se tassent, selon une nouvelle étude de l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle. ©MAXPPP

Les achats des produits contrefaits ou illégaux se réduisent quelque peu en Europe. La crise sanitaire actuelle et la circulation de faux médicaments et de matériels contrefaits pourraient encore améliorer la situation.

Que sont les droits à la propriété intellectuelle? Désormais davantage d'Européens connaissent la réponse et conviennent même qu'il est important de la protéger. C'est ce qui ressort de la 3e édition de l'étude menée par EUIPO, l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle.

Au regard des 25.636 entretiens effectués auprès de ressortissants européens de plus de 15 ans, il ressort toutefois que pour de nombreux citoyens, la propriété intellectuelle (PI) est surtout une question d'élites, qu'ils soient artistes ou grandes entreprises. "Seuls 4% des Européens pensent que la PI profite avant tout à des citoyens comme eux."

Et pourtant la propriété intellectuelle se retrouve "derrière" des achats d'articles contrefaits, de téléchargements illégaux, l'accès à des contenus piratés...

30
%
30 % des Belges sondés affirment avoir, ces 12 derniers mois, payé pour l’accès, le téléchargement ou la diffusion en ligne de contenus protégés par le droit d’auteur provenant d’un service légal.

"Notre dernière étude montre que plus les gens comprennent la propriété intellectuelle, moins ils sont susceptibles de l’enfreindre", souligne Christian Archambeau, directeur exécutif de l’EUIPO.

La jeunesse plus adepte de la contrefaçon

Pour ces 12 derniers mois, 42 % des Européens affirment avoir payé pour l’accès, le téléchargement ou la diffusion en ligne de contenus protégés par le droit d’auteur provenant d’un service légal (+17 pts de % depuis 2017). Ils sont 30 % rien que pour la Belgique .

Néanmoins, 89 % des Européens déclarent qu'un prix plus raisonnable aiderait davantage à un accès légal des contenus. À l'opposé, ils 83 % à estimer qu'acheter un produit contrefait ruine les entreprises et défavorise l’emploi.

Les personnes les plus enclines à poursuivent les achats d'articles illégaux sont les jeunes de moins de 24 ans. Leurs arguments: "il est acceptable d’acheter des produits de contrefaçon lorsque le prix de l’original est trop élevé" ou "le produit original n’est pas, ou pas encore, disponible là où ils vivent."

"Les réactions négatives du public observées pendant la crise de la Covid-19 à l'encontre des faux médicaments et des équipements de protection individuelle contrefaits pourraient avoir contribué à la perception plus critique de la contrefaçon chez les Européens."
Auteurs de l'étude de EUIPO

"La disponibilité de produits authentiques abordables reste la principale raison qui amènerait près de 52% des consommateurs à cesser d’acheter des produits de contrefaçon."

Vers un meilleur

Globalement, donc, EUIPO constate une évolution progressive, certes, mais "encourageante" des mentalités et des comportements.

Cette amélioration pourrait être davantage poussée en avant par la crise sanitaire qu'on traverse actuellement. "Les réactions négatives du public observées pendant la crise de la Covid-19 à l'encontre des faux médicaments et des équipements de protection individuelle contrefaits pourraient avoir contribué à la perception plus critique de la contrefaçon chez les Européens", estime les auteurs de l'étude.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés