Les deux raisons qui freinent l’euphorie sur l’action Umicore

Umicore prépare la succession de son CEO, Marc Grynberg. ©Photo News

Alors qu'Umicore table désormais sur un ebit qui explose le consensus des analystes, la hausse du titre est restée assez raisonnable. Voici pourquoi.

Une semaine avant la publication de ses résultats trimestriels et la tenue de son assemblée générale, Umicore a brisé tout suspens en livrant, ce jeudi matin, de nouvelles prévisions pour 2021 dont la performance s’annonce "exceptionnelle".

250
millions €
La forte hausse des prix des métaux précieux apportera une contribution supplémentaire exceptionnelle de 250 millions d’euros.

La flambée des prix des métaux précieux, en particulier du rhodium et, dans une moindre mesure, du palladium et une forte demande dans tous ses secteurs d’activité ont poussé le spécialiste de la technologie des matériaux à annoncer qu’il s’attendait désormais à ce que son ebit ajusté pour 2021 avoisine le milliard d’euros.  

Soit près du double de celui de l’an dernier (536 millions d’euros) et bien au-delà également du consensus des analystes fixé à 686 millions. La forte hausse des prix des métaux précieux - Umicore est spécialisé dans leur raffinage et leur recyclage - apportera une contribution supplémentaire exceptionnelle de 250 millions d’euros.

Jusqu’ici, Umicore s’était bien gardé de plaquer des chiffres sur ses perspectives 2021, évoquant simplement "une croissance substantielle de ses revenus et bénéfices en 2021."

Cela dit au vu de la différence entre le milliard d’euros désormais anticipé et les 686 millions du consensus, on aurait pu s’attendre à une envolée de l’action ce jeudi matin en bourse. Hausse il y a eu, en effet, mais dans des proportions relativement limitées.

En voici sans doute les deux raisons.

Volatilité

Wim Hoste de KBC Securities salue cet avertissement sur résultat positif mais souligne que les prix des métaux précieux peuvent être volatiles et qu’il n’est donc pas sage d’extrapoler la flambée actuelle.

"Le plus grand point d’interrogation reste de savoir quelle part de ces 250 millions de contribution exceptionnelle est réellement un one shot en 2021."
Frank Claassen
Analyste chez Degroof Petercam

"Le plus grand point d’interrogation, renchérit Frank Claassen de Degroof Petercam, reste de savoir quelle part de ces 250 millions de contribution exceptionnelle est réellement un one shot en 2021 et quelle part peut être conservée dans les années suivantes." À la lumière de ces prévisions, il va réexaminer sa recommandation ("conserver") et son objectif de cours (52 euros).

Pression sur les batteries

Deuxième point, Wim Hoste rappelle que c’est le pôle des matériaux pour batteries qui est toujours supposé devenir le moteur de croissance du groupe sur le long terme. Or, "la visibilité est relativement limitée avec une pression sur les prix et une surcapacité sur le marché chinois des cathodes qui impacte actuellement les niveaux de rentabilité" de cette division d’Umicore. Il a toutefois relevé son conseil à "accumuler" et son objectif de cours à 54 euros contre 49 euros avant.

Kepler Cheuvreux a également majoré son target passant de 34 euros à 50 euros mais le conseil reste à "conserver".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés