Les États-Unis menacent de bannir TikTok

©AFP

Une semaine seulement après l'entrée en vigueur de la loi sur la sécurité nationale, TikTok a annoncé se retirer de Hong Kong. Et il risque d'être banni des États-Unis.

On n'en a pas fini avec les conséquences de la nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong. Entrée en vigueur il y a une semaine seulement, elle vise, pour rappel, à réprimer "les activités subversives, la sécession, le terrorisme et la collusion avec des forces étrangères".

Pékin porte désormais un coup de plus aux libertés dans l'ancienne colonie britannique en annonçant l'accroissement des pouvoirs visant à y censurer internet. Or les habitants de Hong Kong bénéficiaient jusqu'ici d'un accès internet illimité, contrairement à ceux de Chine continentale.

Levée de boucliers des réseaux sociaux

Cette annonce-choc a suscité une levée de boucliers chez les géants américains des réseaux sociaux. Facebook, Google et Twitter avaient déjà confirmé lundi qu'ils ne répondaient plus aux demandes d'informations sur leurs utilisateurs émanant du gouvernement et des autorités de Hong Kong, par respect pour la liberté d'expression.

Cela a également entraîné la suspension de la plateforme chinoise de vidéos TikTok à Hong Kong. "À la lumière des événements récents, nous avons décidé d'arrêter l'appli TikTok à Hong Kong", a déclaré un porte-parole à l'AFP. Cet arrêt complet va prendre quelques jours, selon la société.

TikTok a souvent dû se défendre de ses liens avec la Chine, soupçonnée par les Américains de partager des données avec les autorités chinoises. Ce qu'elle a toujours nié, assurant ne pas avoir l'intention d'accepter de telles requêtes. La plateforme n'est d'ailleurs pas disponible en Chine continentale.

Menaces d'interdiction américaines

Lundi soir, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a décoché une nouvelle flèche en déclarant que les États-Unis "envisageaient" d'interdire les applications chinoises, dont TikTok.

Les États-Unis ont toujours gardé une grande méfiance dans les déclarations de TikTok, et dans les entreprises chinoises en général (Huawei est bien placé pour le savoir...). Et il faut dire que la pandémie de coronavirus, avec son lot d'accusations contre Pékin, a encore ajouté de l'huile sur le feu.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés