Les géants du net se brident pour éviter la surchauffe du réseau télécom

Netflix fut la première plateforme à annoncer une baisse dans ses débits. Elle a été rapidement imitée par YouTube et Amazon Prime Video. ©REUTERS

Netflix, YouTube et Amazon Prime Video ont annoncé une diminution des débits proposés. L’allègement de la qualité des vidéos a pour objectif d’éviter la surchauffe du réseau. La mesure est avant tout préventive, le réseau n’ayant, pour l’heure, pas encore affiché de faiblesses.

L’appel de Thierry Breton ne sera pas resté longtemps sans réponse. Mercredi, le commissaire européen du marché intérieur invitait les géants du web à mettre en place des mesures pour éviter la surchauffe des réseaux télécoms. Face au confinement, la consommation en journée sur le réseau est montée en flèche. L’entreprise reine du streaming a annoncé jeudi une diminution du débit sur le continent pour les trente prochains jours. "Selon nos estimations, cela représente une baisse d’environ 25% du trafic, tout en maintenant un service de qualité pour nos abonnés", indique Netflix. Pas d’accès limité donc mais des vidéos en moins bonne qualité.

"Selon nos estimations, [la baisse du débit] représente une baisse d’environ 25% du trafic, tout en maintenant un service de qualité pour nos abonnés."
Netflix

Netflix a rapidement été imité par YouTube, l’autre acteur gourmand de bandes passantes, propriété du géant Google. "Nous nous sommes engagés à basculer temporairement tout le trafic dans l'UE en définition standard par défaut", a ainsi expliqué un porte-parole de Google. Enfin, ce vendredi en fin d’après-midi, Amazon a également emboité le pas en mettant en place une mesure similaire pour son service de vidéo, Amazon Prime Video.

"Nous nous sommes engagés à basculer temporairement tout le trafic dans l'UE en définition standard par défaut"
Un porte-parole de Google

Aujourd’hui, plusieurs niveaux de qualité d’images sont disponibles. En fonction de l’environnement de lecture de la vidéo (type d’écran, qualité de la connexion…), les plateformes choisissaient jusqu’ici la qualité la plus adaptée. Désormais, une moins importante sera privilégiée par défaut.

Le réseau belge tient bon

À l’heure actuelle, aucun problème majeur n’a encore été recensé sur le réseau belge qui est parvenu à absorber la charge inhabituelle d’activités sur le réseau. Malgré des pics de plus de 50% par rapport à une journée classique, la situation est largement sous contrôle. En Belgique, la consommation de données sur le réseau fixe atteint d’ailleurs toujours ses plus hauts niveaux en soirée, comme en période classique.

Jeudi, le président du régulateur avait néanmoins salué la proposition. La mesure préventive est davantage pertinente pour d’autres pays européens, la Belgique disposant d’une infrastructure particulièrement solide. En prenant directement les devants, les géants ôtent toutefois aux gouvernements la responsabilité de toucher à la 'neutralité du net'. Les opérateurs ont normalement l’interdiction d’influencer ce qui se passe sur la toile, en bridant, supprimant ou mettant en avant certains acteurs. Le Berec, l'organe qui régule le secteur au niveau européen, avait néanmoins pris les devants en précisant que dans certaines conditions bien précises, de telles mesures pouvaient être imposées.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés