Les investisseurs s'interrogent sur la flambée des dépenses de Google, le titre recule

©AFP

Alphabet, la maison mère de Google, note au quatrième trimestre un bénéfice net meilleur que prévu, mais également une explosion de ses coûts. De quoi faire reculer le titre d'1% à Wall Street.

La maison mère de Google, Alphabet , a publié lundi soir des résultats trimestriels meilleurs que prévu. Tant sur le bénéfice que sur le chiffre d'affaires. Le bénéfice net a atteint 8,95 milliards de dollars (7,83 milliards d'euros) au dernier trimestre - contre une perte de 3,02 milliards de dollars liée à des changements comptables fin 2017. Ajusté, référence en Amérique du Nord, il ressort à 12,77 dollars l'action, au-dessus des attentes moyennes, de même que le chiffre d'affaires trimestriel (+22% à 39,3 milliards).

Toutefois, son titre reculait d'environ 1% ce mardi à Wall Street à cause de dépenses jugées trop élevées et d'une forte pression sur ses revenus publicitaires moyens. Comme à l'accoutumée, l'essentiel des revenus vient de la publicité (32,6 milliards, soit une progression de 20%). Mais ses coûts et dépenses totaux ont explosé à 31,07 milliards de dollars contre 24,66 milliards au dernier trimestre 2017.

Ont augmenté notamment les sommes versées à des entreprises tierces pour mettre en avant ses produits (TAC, "traffic acquisition costs"), pour s'assurer par exemple qu'il est le moteur de recherche par défaut des appareils ou systèmes d'exploitation. Ces TAC sont passés de 6,45 milliards de dollars à 7,44 milliards entre le dernier trimestre 2017 et le dernier trimestre 2018, soit une hausse de 15%. Surtout, les investisseurs n'ont pas apprécié la baisse de 29% du "coût par clic", indicateur du prix moyen de la publicité.

Alphabet, en compétition permanente avec l'autre géant Facebook, détient presque un tiers du marché mondial de la publicité numérique. Mais ils subissent tous deux la pression croissante d'autres acteurs, en particulier d'Amazon, qui croît très vite dans ce domaine. Le groupe a aussi beaucoup embauché, avec 98.771 salariés contre 80.110 fin 2017.

Les résultats sont malgré tout meilleurs que prévu sur l'année, avec un bénéfice net qui a explosé à 30,73 milliards de dollars et un chiffre d'affaires de 110,5 milliards (+30,5%).

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect