Publicité

Les nouvelles règles de confidentialité d'Apple pèsent sur Facebook

©REUTERS

Les perspectives de Facebook pour le trimestre en cours sont arrivées en dessous des attentes du marché, notamment en raison de l'impact prolongé des nouvelles règles de confidentialité d'Apple sur ses activités numériques.

Après Snap, Facebook sera-t-il la prochaine victime des nouvelles règles de confidentialité d'Apple? Si le géant numérique a publié un chiffre d'affaires total de 29,01 milliards de dollars au troisième trimestre, en nette hausse par rapport aux 21,47 milliards de dollars générés un an plus tôt, celui-ci n'a toutefois pas contenté les analystes, qui tablaient sur 29,57 milliards de dollars, selon les données IBES de Refinitiv. 

Le groupe a également prévenu que les nouvelles règles de confidentialité d'Apple continueront à peser sur ses activités numériques lors du trimestre en cours. Le numéro 2 mondial de la publicité en ligne s'attend ainsi à ce que le chiffre d'affaires du quatrième trimestre se situe dans une fourchette comprise entre 31,5 et 34 milliards de dollars, alors que les analystes avaient prévu des revenus de 34,84 milliards de dollars, selon les données IBES de Refinitiv.

Facebook a toutefois dégagé 9,2 milliards de dollars de bénéfice net au troisième trimestre, soit 17% de plus qu'il y a un an.

Le précédent Snap

10
Milliards de dollars
Facebook s'attend à ce que son investissement dans les FRL réduise son bénéfice d'exploitation global en 2021 d'environ 10 milliards de dollars.

Au début de l'année, Apple a mis à jour le système d'exploitation de l'iPhone, qui donne plus de contrôle aux utilisateurs sur leurs données confidentielles et complique la tâche aux réseaux sociaux en termes de mesures d'efficacité.

Cette décision a mis en émoi les investisseurs des entreprises de publicité numérique, qui craignent que l'accès réduit aux données ne bouleverse le marché de la publicité mobile.

Jeudi dernier, l'avertissement de Snap lors de son rapport de résultats est d’ailleurs venu confirmer les craintes du marché et la sanction en bourse fut immédiate. Le lendemain, le titre de la maison mère de Snapchat chutait d'environ 25 % à Wall Street, entrainant dans son sillage les actions de Facebook, Twitter et Alphabet.

Réalité virtuelle

Pour faire face à "l'incertitude significative" qui frappe ses activités publicitaires, Facebook a fait savoir qu'à partir du quatrième trimestre de 2021, l'entreprise séparerait Facebook Reality Labs (FRL), la partie de son activité qui travaille sur la réalité augmentée et virtuelle, en un segment de rapport distinct de sa famille d'applications.

L'engagement financier de Facebook dans la construction du "métavers" intervient alors que le géant des réseaux sociaux est pris dans l'un de ses pires scandales de réputation

Le directeur financier David Wehner a ainsi ajouté que Facebook s'attendait à ce que son investissement dans FRL réduise son bénéfice d'exploitation global en 2021 d'environ 10 milliards de dollars.

L'engagement financier de Facebook dans la construction du "métavers" intervient alors que le géant des réseaux sociaux est pris dans l'un de ses pires scandales de réputation.

Le titre Facebook montait de 2% dans les échanges d'après bourse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés