Les start-ups belges scrutées par les investisseurs étrangers

Collibra et Showpad sont les deux entreprises technologiques belges qui ont collecté le plus de capitaux ces dernières années. ©Collibra

Le record de financement est pulvérisé pour la deuxième fois d’affilée. Showpad décroche 70 millions de dollars.

Les entreprises technologiques belges non cotées ont levé, au premier semestre de cette année, près d’un demi-milliard d’euros (491 millions). Ce montant supérieur de 20% aux capitaux collectés un an plus tôt (416 millions) marque ainsi un nouveau record de financement pour les start-ups de notre pays actives dans les secteurs informatiques et biotechnologiques.

À titre de comparaison: au terme du premier semestre de 2013, le compteur n’affichait encore "que" 75 millions d’euros.

350 millions depuis le début de l’année

"À mesure que l’écosystème belge grandit et se fait connaître, les capitaux affluent. "
David Dessers
Cabinet d’avocats Cresco

Depuis le début de cette année, les dix principales levées de fonds représentent un montant total de 350 millions d’euros. Quelques grosses opérations s’en détachent, comme les 61 millions d’euros tombés mardi dans l’escarcelle de l’entreprise de logiciels gantoise Showpad.

Mais, en 2019, le plus gros deal reste signé par le spécialiste bruxellois des données Collibra, avec pas moins de 100 millions de dollars (87 millions d’euros) injectés au début de cette année par CapitalG, un fonds d’investissement lié au géant de l’internet, Google. Collibra devenait ainsi la première jeune pousse high-tech belge à obtenir le statut mythique de "licorne", décerné à toute jeune entreprise valorisée à plus de 1 milliard de dollars. Showpad s’en est approchée à l’occasion de sa dernière levée de fonds, mais n’a pas encore dépassé ce cap symbolique.

Collibra et Showpad sont les deux entreprises technologiques belges qui ont collecté le plus de capitaux ces dernières années. Collibra a déjà pu créditer son compte en banque de 203 millions d’euros au fil de plusieurs augmentations de capital. L’entreprise les alloue au financement de ses opérations, au recrutement de spécialistes, mais aussi et surtout à son expansion internationale.

Marché belge scruté à l'étranger

La dernière moisson de chiffres révèle surtout l’ampleur des montants que les sociétés belges réussissent à lever. "Des masses de capitaux sont disponibles. Et ces fonds recherchent activement des opportunités d’investissement", souligne David Dessers, managing partner du cabinet d’avocats Cresco, spécialisé dans le financement des start-ups. "À mesure que l’écosystème belge grandit et se fait connaître, les capitaux affluent." David Dessers fait remarquer que les capital-risqueurs étrangers scrutent le marché belge en participant aussi bien à de petits tours de table qu’à de grosses opérations de financement. "Des succès tels que Collibra et Showpad ont aiguisé l’attention des investisseurs. "

Les toutes jeunes entreprises parviennent aussi à s’attirer leurs bonnes grâces. "Les starters récoltent également les fruits des grands deals qui ont profité aux scale-ups et aux start-ups déjà bien développées. Tout dépend évidemment de la qualité de l’entreprise et de ses fondateurs. "

Depuis le début de cette année, la biotechnologie brille particulièrement. Les entreprises belges de ce secteur ont vu leurs fonds propres se garnir de près de 200 millions d’euros supplémentaires au cours du premier semestre avec, en tête de peloton, Promethera (40 millions d’euros) et Confo Therapeutics (30 millions). Le top 10 des opérations de capital des start-ups ne compte pas moins de six entreprises biotech.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect