start-ups

Les start-ups belges ont l'internationalisation dans le sang

Yoeri Roels, fondateur de Yambla. ©Kristof Vadino

En moyenne, une start-up européenne a déjà levé 2,5 millions d’euros en à peine deux ans et demi. Elle a créé 13 emplois et est active internationalement dans 50% des cas. Ce dernier chiffre monte à 70% en Belgique.

Les start-ups européennes connaissent une croissance rapide et surtout, elles créent de l’emploi. C’est ce qui ressort du premier baromètre des start-ups européennes dirigé par la German Start-ups Association (GSA). L’étude a sondé 2.300 start-ups, représentant 31.000 employés, répartis sur 28 pays différents. "Après 2,5 ans, les start-ups interrogées ont en moyenne créé 13 emplois et prévoient d’embaucher au moins 7 personnes dans les 12 prochains mois", commente Florian Noell, président de GSA. En Belgique, chaque start-up belge crée en moyenne 7 emplois sur la même période et prévoit d'embaucher environ 8 personnes dans le courant de l'année. 

En outre, deux tiers des start-ups européennes estiment que leur produit, service ou modèle économique, représente une innovation sur le marché et plus de la moitié sont déjà actives internationalement. En ce qui concerne la Belgique, ce chiffre monte même à 70%. "Ce n'est pas surprenant parce que les start-ups qui sont issues de petits pays, avec un marché domestique étroit, ont tendance à se concentrer sur les marchés européens et internationaux", ajoute Florian Noell. 

Mais si les bonnes idées ne manquent pas, le financement, lui, est beaucoup plus difficile à trouver, constate l’étude. Les économies des fondateurs et le soutien de la famille et des amis constituent la première source de financement de start-ups. Fait notable: un cinquième des start-ups ont bénéficié de fonds publics. "Plus l’économie est forte, moins les fondateurs font appel à leurs fonds propres", remarque Florian Noell.

Enfin, si 90% des start-ups interrogées jugent leurs activités satisfaisantes, elles sont aussi nombreuses à réclamer davantage de soutien financier (diminution des taxes et accès au capital) et des politiques de régulation plus souples.

©mediafin

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés