Les "techs" européennes séduisent de plus en plus les investisseurs

Showpad, Collibra sont les exemples belges de cet attrait des entreprises technologiques pour les investisseurs. ©doc

Le nombre de levées de fonds dans le secteur des entreprises technologiques européennes a été multiplié par quatre ces trois dernières années. Dans un même temps, ces entreprises recherchent de moins en moins un repreneur.

Au cours des neuf premiers mois de l'année, au moins 52 entreprises européennes actives dans la technologie ont levé chacune quelque 100 millions d'euros. Si la tendance se poursuit, on devrait clôturer l'année avec quelque 70 levées de fonds, là où on en comptait 16 en 2016.

En termes de montants totaux, les chiffres ont aussi été multipliés: 3 milliards sur les douze mois de 2016, 12 milliards pour les neuf mois de 2019. C'est ce qui ressort du rapport du site d'informations sur les data, Tech.eu, et la société spécialisée dans la technologie des paiements, Stripe.

En janvier dernier, Collibra levait 100 millions d'euros. ©Collibra

Des chiffres qui montrent l'importance pour les grandes entreprises de construire un écosystème technologique européen et de garantir son ancrage. 

Levées de fonds plutôt qu'IPO

Autre enseignement de cette étude: davantage maintenant que dans le passé, ces entreprises optent pour une croissance propre, plutôt que pour une introduction en bourse ou une vente à un tiers.

Collibra, le gestionnaire bruxellois de données, devenait l'an dernier la première licorne belge.

En 2017, 36 entreprises technologiques avaient choisi le chemin des marchés boursiers. Elles étaient 21 en 2018 contre à peine 5 pour cette année.

En termes de rachat, on en dénombrait 629 en 2015. Deux ans plus tard, ce chiffre tombait à 555 pour atteindre les 273 depuis janvier 2019.

Robin Wauters de Tech.eu parle d'une tendance structurelle, liée à la disponibilité des fonds pour les entreprises à haut potentiel de croissance et à grande maturité. Un bémol est toutefois à noter: trois quarts de ces levées de fonds sont opérés en dehors des frontières européennes. À titre d'exemple, citons le géant chinois Softbank qui depuis 2015 a injecté près de 4 milliards d'euros dans la technologie européenne.

Fintechs en tête

Dans le chef de ces entreprises technologiques, un secteur se démarque davantage que les autres: les fintechs. Elles ont attiré à elles seules un tiers des sommes (34 opérations depuis 2015 pour près de 7 milliards d'euros). Autre secteur prisé: les technologies liées au transport, à l'alimentaire, à la santé ou aux logiciels.

7 milliards
euros
Les fintechs ont attiré à elles seules un tiers des sommes: près de 7 milliards d'euros depuis 2015.

Enfin, arrêtons-nous sur l'importance géographique. Les centres névralgiques de la technologie sont situés en Allemagne et au Royaume-Uni avec près de 8 milliards levés. Suivent la Suède, la France et la Suisse pour 3 milliards d'euros.

Aucun chiffre propre à la Belgique n'est dévoilé, mais des levées de fonds comptabilisées en centaines millions ne sont pas légion chez nous. Il y a certes Collibra; le gestionnaire bruxellois de données qui est devenu la première licorne belge. Le Gantois Showpad avait, lui, réussi à récolter 70 millions.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect