Les trois uppercuts qui ont mis Barco K.O.

Avant ce mercredi matin, Barco avait déjà perdu près de la moitié de sa valeur en bourse depuis le début de l'année. ©BELGA

Le titre Barco a dévissé de plus de 12% ce mercredi dans la foulée de la publication de résultats du troisième trimestre décevants à plus d'un titre. Explications.

"Il est aujourd’hui évident que 2020 sera une année à part pour le compte de résultats de Barco ." Jan De Witte, le CEO du groupe spécialisé dans les technologies de l’image, a manifestement le don de l’euphémisme pour résumer une situation qui, du point de vue des actionnaires, relève du mauvais rêve.

A l’instar de ce qui s’est produit lors de la publication de ses résultats semestriels, l’action, qui avait déjà perdu près de la moitié de sa valeur cette année, a fait la culbute, dévissant de plus de 12% ce mardi.

Triple déception

Il faut dire que les chiffres du troisième trimestre dévoilés avant bourse sont décevants à plus d’un titre.

Primo, le chiffre d’affaires a chuté de 37% à 167,4 millions d’euros alors que le consensus des analystes tablait sur un niveau de 205 millions d’euros.

"Il est aujourd’hui évident que 2020 sera une année à part pour le compte de résultats de Barco."
Jan De Witte
CEO de Barco

Secundo, la division "Healthcare" considérée comme un pilier solide en ces temps de pandémie où les activités cinémas (-52%) et entreprises (-36%) de Barco rencontrent des difficultés, a également souffert (-14%). En cause : l’ajournement, à court terme, par les hôpitaux de certains investissements.

Et enfin, "last but not least", le groupe courtraisien s’attend à une diminution considérable de la marge ebitda pour l’exercice par rapport au premier semestre, reflétant une baisse des volumes et un mix défavorable.

Le chemin de la reprise sera long

Cette guidance implique que le consensus pour l’ebitda doit être revu à la baisse de 25% au moins mais peut-être de beaucoup plus, note Marc Hesselink d’ING ("acheter" ; 26 euros).

L’analyste tablait sur une reprise en 2021, ce qui semble désormais compromis. "La direction avait évoqué une amélioration graduelle à partir du point bas d’avril. Comme aujourd’hui, il apparaît que cela ne sera pas le cas, cela pose aussi question au niveau de la visibilité générale." Le chemin de la reprise sera donc long, estime-t-il mais, heureusement, Barco affiche un bilan qui lui permet de braver la tempête.

20
euros
Cette semaine, KBC Securities a réduit, à deux reprises, son target sur Barco, passant de 26,8 euros à 20 euros.

Kris Kippers de Degroof Petercam ("conserver" ; 21,5 euros) partage ce point de vue et ne cache pas sa déception. Un rapide rebond après le confinement était attendu mais la résurgence du virus n’a pas permis de concrétiser cet espoir. "Les prévisions évoquent une performance épouvantable pour le second semestre alors que le marché anticipait une stabilisation des marges."  

KBC Securities, pour sa part, a décidé de sortir la valeur de sa liste des favorites. Il a réduit son objectif de cours à 20 euros après l’avoir déjà raboté en début de semaine. La recommandation passe d’acheter à accumuler.  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés